2045. MS-Town. Maître/sses, Esclaves, Hybrides ou simples Résident/es. Qui serez-vous?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tetsuhito Tanaka [Policier ~ Terminé!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tetsuhito Tanaka
Maître
Maître


Date d'inscription : 12/11/2010
Messages : 17
Orientation sexuelle : Homosexuel ambivalent
Caractère : Mixte
Métiers : Inspecteur de Police
Complément Métier : Police / Forces de l'ordre
Maitre de : ?
Esclave/Pet de : Allez savoir…

MessageSujet: Tetsuhito Tanaka [Policier ~ Terminé!]   Dim 14 Nov 2010, 02:20




“ Informations HRP „

Feat : Dino Cavallone
Manga : Katekyo Hitman Reborn !

Pseudo • Âge : Tetsu • 32
Où avez-vous trouvé le forum ? Il y a longtemps, on m'en a montré le chemin !
Votre avis sur le forum ? 9/10
Lien de votre personnage avec un autre personnage du forum ? Aucun pour le moment mais j'envisage de créer un prédef pour le coéquipier de Tetsu.
Quelque chose à ajouter ? Désolé si l'histoire vous paraîtra un peu décousue, la plus grande partie est racontée du point de vue du professeur de Tetsu éè



PHYSIQUE :
Allure générale : Environ 1m79 pour 61 kilos. Il n'est sans doute pas trop mal loti comparé à d'autres, surtout pour un japonais. Pourtant depuis sa plus jeune enfance, il a le malheur d'avoir toujours été un garçon à l'apparence tendre, presque fragile aux yeux de certains. Son visage ovale et légèrement anguleux accentue encore plus cette première impression... Bien loin de cette image d'un jeune homme sûr de lui qu'il veut donner en général, compte tenu de sa position au sein de la police.
Disposant d'un corps élancé, celui-ci a tendance à donner l'illusion d'être un peu trop maigre, quand bien même il est plutôt résistant. Cependant, que ce soit en tant que flic ou dans sa vie privée, il est vrai qu'il utilise rarement la force et qu'il n'aime pas faire preuve de violence. D'une part car il n'a pas le physique pour et d'autre part, car agir dans la précipitation n'est pas trop dans ses habitudes. Tetsu préfère à cela adopter une attitude plutôt coulée, une démarche lente et désintéressée, mains en poches. Prendre le temps de la réflexion et non foncer tête baissée.
On pourrait qualifier ses traits délicats, son ossature fine et son allure d'un peu « androgynes ». Néanmoins, il défierait quiconque s'amuserait à le traiter comme une femme ! Certes, il n'est pas bien épais et se dit parfois qu'il souhaiterait être plus grand ou plus massif... Mais on ne gagne rien à se rêver autrement qu'on ne l'est et il estime qu'on ne peut s'y méprendre avec le torse droit et délié dont il a hérité de son père et ses hanches droites bien masculines. D'ailleurs quand on lui dit qu'il pourrait développer sa musculature, il rétorque qu'il n'a pas que ça à faire et qu'il en a déjà juste assez pour l'utilité qu'il en a.

Cheveux, visage : Des cheveux fins et volages, d'un châtain plutôt clair tirant vers le blond vénitien, lui descendent quasiment jusqu'aux épaules et balayent parfois son visage d'une mèche plus abondante. Il ne les attache que rarement et les coiffe souvent sans trop d'attention. Au dessous, on peut voir un « visage d'ange » au menton et au nez arrondis, illuminé par des yeux effilés d'un brun-doré brillant qui revêtent généralement une expression douce, confiante, déterminée, mais aussi mélancolique ou au contraire -bien que plus rarement- dure ou indifférente. Les yeux sont le reflet de l'âme dit-on... Ce doit être la vérité. Ajoutez à cela une petite bouche bien ourlée aux lèvres claires et vous aurez tracé son joli portrait qui en ferait sans doute craquer plus d'un. Mais selon Tetsu, ce visage n'est qu'un masque illusoire qui vieillira en même temps que lui et perdra bien trop vite sa beauté... Au fond, les Narcisses l'indiffèrent et contrairement à eux, il ne se regarde presque jamais dans un miroir.

Goûts vestimentaires : Malgré son statut social, il n'est pas spécialement porté sur les uniformes et tenues réglementaires. Il est vrai qu'il dispose d'une garde robe bien fournie avec divers costumes faisant plus « sérieux » pour son travail, mais il apprécie surtout de s'habiller comme bon lui chante en dehors des heures de service. Cela peut aller d'un simple jean et d'un t-shirt à manches courtes près du corps avec un sweat à capuche ; jusqu'aux kimonos, qu'il trouve très confortables et agréables à porter lorsqu'il reste chez lui ; en passant par des tenues mixtes : chemise à rayures, veste cintrée en velours noir et pantalon près du corps sur chaussures élégantes.

Particularités : Tetsuhito porte parfois des lunettes pour lire, quand il a les yeux fatigués.
Ces dernières années, il s'est également fait réaliser plusieurs tatouages sur le corps. Tous, sauf un, sont des répliques exactes des tatouages que son ancien professeur possédait :
- Un crâne enveloppé de flammes bleutées et noires à la base du cou, côté gauche, lui rappelant de garder une volonté forte.
- Une flamme bleue sur le dessus de la main gauche, d'où s'échappent des fils barbelés noirs qui entourent son bras et sont surplombés par la silhouette d'un cheval cabré, elle aussi noire et enflammée de bleu, sur l'avant-bras gauche. Symboles d'une liberté retrouvée en s'échappant des entraves.
- Sur le même poignet, coupant les fils noirs, le mot "Barracca" en lettre capitales. D'origine Corse, il signifie originellement « masure, toit ». En le lisant sur le poignet de son professeur, Tetsuhito l'avait interprêté comme « une protection, un abri, un foyer ». Il ne l'a jamais oublié depuis.
- Plus haut et toujours sur le bras gauche, au dessus du cheval, un soleil rouge-orangé tel un blason de famille.
- Enfin sur son flanc gauche, du bassin jusqu'aux côtes, un dragon noir enflammé de bleu qui court sur sa peau et enveloppe sa taille jusque dans son dos au creux des reins. Ce tatouage est aussi un souvenir de son passé, mais le seul qu'il a lui-même créé...





CARACTÈRE :
Pour ceux qui n'auraient pas le courage de tout lire, résumons en disant simplement qu'il est quelqu'un de difficile à comprendre et à approcher sincèrement. Au fond peut-être que certains d'entre vous le verront comme l'une des personnes les plus adorables que l'on puisse croiser. Ou bien simplement comme un homme sérieux qui n'aura sans doute pas grand chose d'original à première vue... Cela voudra dire qu'il a réussi à faire illusion.
Pour les autres, ceux qui souhaiteraient en savoir plus, vous savez ce qu'il vous reste à faire...

Lorsqu'on le rencontre pour la première fois, le plus remarquable dans sa personnalité est certainement sa « discrétion », son « calme » et sa « douceur »... Du moins c'est ce que disent ceux qui ont brièvement croisé sa route. On voit bien qu'ils ne le connaissent vraiment : une sévérité proche de la froideur avec cette distance qu'il instaure vis-à-vis des autres. Bien sûr, beaucoup le nieront en ajoutant que, quelque soit l'endroit où il se trouve, vous pourrez le voir avec un discret sourire aux lèvres pour tout le monde, même pour ceux qu'il n'apprécie pas vraiment. Et pourtant... S'ils savaient, s'ils y portaient réellement attention... Ils verraient que ce sourire est le plus souvent dénué de sens, vide. Ce n'est qu'une image reflétée sur le miroir de leur regard, pour leur bon plaisir. L'image d'un « gentil garçon » infiniment calme, ne disant pas un mot plus haut que l'autre -bien que Tetsu n'en pense pas moins- et donnant même l'impression de ne pas être en mesure de s'énerver. Il en est pourtant parfaitement capable : sous ces airs tendres et doux qu'il affiche en quasi permanence, il a ce qu'on pourrait appeler « un fort caractère ». Légèrement bougon et râleur sur les bords, principalement dès que vous aurez le dos tourné...

Même s'il n'est pas dans ses habitudes de tenir tête trop longtemps face aux personnes qu'il aime, pour les autres rien n'est garanti et ceux qui ont déjà cherché à le provoquer délibérément en ont presque tous déjà fait l'expérience !... Pourtant, il n'aime pas en arriver à ces extrémités. Tout comme il n'aime pas non plus se faire remarquer. Ces hommes qui s'énervent pour un rien ou se montrent volontairement mauvais ont toujours été une énigme incompréhensible pour lui et, dans le même temps, il ne pourrait pas nier que ces « mauvais garçons » ont le don pour éveiller chez lui une certaine attirance, tout aussi inexplicable. Tetsuhito est souvent forcé d'admettre qu'il lui est difficile de ne pas être réceptif à ceux qui l'entourent. Il ressent en permanence un mélange de curiosité et de désir de proximité. Ce doit être le résultat de cette solitude qu'il a éprouvée durant la majeure partie de sa vie. Il déteste littéralement être seul et le supporte très mal, même si vous pourrez toujours courir pour qu'il le clame de vive voix. Au delà d'une légère timidité réservée, il ne se montre donc pas réellement timoré en présence d'autres personnes. Il concéderait même volontiers qu'il est le premier à aller les voir et le dernier à renoncer s'il se fait jeter... Seulement, ça le rend plutôt vulnérable et il vit mal qu'on s'amuse à jouer de ses sentiments, à le manipuler sur ce besoin qu'il a d'être toujours entouré.

Acceptez-le tel qu'il est et il vous le rendra au centuple. Rejetez-le... et il ne lâchera pas le morceau avant d'être sûr et certain qu'il ne reste plus aucun espoir, quitte à souffrir de son obstination. C'est au-delà de sa volonté, il ne sait pas agir autrement et serait capable de tout faire pour la ou les personnes qu'il serait amené à aimer, jusqu'à se sacrifier pour ne pas les blesser... Un mélange de naïveté bornée et de gentillesse trop idéaliste. Il déteste cet aspect de sa personnalité mais ne parvient pas à changer... Néanmoins, ne vous avisez pas de le tromper, car vous aurez un mal fou à vous faire pardonner cette trahison. Il est plutôt du genre rancunier et ne manquera pas de vous le faire comprendre si vous le blessez ou trahissez sa confiance, car il ne la donne pas à n'importe qui.

Certains vous jureraient que c'est sans doute l'aspect le plus contradictoire de sa personnalité : dans une attitude proche de la nonchalance, coucher avec ceux qui le désirent ne lui pose pas vraiment de problème, tant qu'il n'y aucune implication plus poussée et qu'il n'est question que d'une histoire d'un soir. Il se fiche alors éperdument de ce que ses amants peuvent faire avec d'autres après lui, après tout, ça ne le regarde pas. Mais dès qu'il s'agit d'amour, il éprouve des difficultés à le gérer, au point d'être capable d'aller lui-même voir ailleurs, comme pour se convaincre que ces sentiments ne sont pas si importants que ça... Ils ne peuvent pas, ne doivent pas l'être. Alors, ne vous amusez pas à lui faire croire à l'amour si ce n'est pas sincère. Ses pires défauts mis à jour, vous reviendriez certainement sur vos vœux. Léger égoïsme, jalousie émotive... Aussi calme qu'il puisse sembler en apparence, il sait parfaitement que ce genre de sentiments le déstabilise et il lui parait inconcevable d'accepter d'être aimé, si pour cela il doit partager cet amour avec une tierce personne. Mieux vaudrait se tirer... après un bon règlement de compte ! Enfin... si ça se trouve sa première réaction serait de s'enfermer pour pleurer pendant des heures. Mais il préfère garder ça pour lui.

Un peu tête-en-l'air parfois, il est bien obligé de redescendre de son petit nuage chaque jour pour ne pas faillir à ses responsabilités, qu'il s'agisse du travail où il essaie de se montrer le plus sérieux possible ou bien encore de son patrimoine financier à gérer. Honnêtement, il se passerait bien de ces devoirs, mais il faudrait vraiment être stupide pour croire que le monde tourne tout seul comme par magie ! Les choses matérielles de la vie sont toujours là pour vous mettre du plomb dans la tête. Amour. Tristesse. Argent... Mort. Le regard des autres qui semblent toujours à l'affût de sa moindre erreur. L'absence de regard de son père lorsqu'il vivait encore...
Solitude et déni d'existence. Enfant, il n'a presque connu que ça, devenant un garçon ayant peu confiance en lui, qui peut avoir besoin de soutien et d'encouragements pour avancer. Là encore, n'attendez pas qu'il en demande à tout bout de champs, ce n'est pas dans ses habitudes de quémander de l'affection ou de l'attention et il lui est même parfois difficile de parler de ce qu'il ressent. Surtout qu'il a souvent tendance à nier l'évidence des choses par automatisme... Son père faisait comme s'il n'avait pas de fils et Tetsuhito fait comme si son existence ne comptait pas : seules les apparences comptent. L'image qu'il donne de lui-même et ce que les autres croient voir en lui. Paraître plus dur qu'il ne l'est au fond, être « digne » de sa famille, sévère, stricte, indifférent... Il essaye parfois de ressembler à cette image, de ressembler à son père au fond, mais qui serait dupe ? Il sait parfaitement qu'il n'est pas un expert dans ce domaine. Finalement, peu l'ont remarqué et le lui ont dit, mais il paraît que son côté tendre ne peut que ressortir aux yeux de ceux qui savent observer... Il ignore s'il doit les croire.
IdentitéNom : Tanaka

Prénom : Tetsuhito

Surnom : Tetsu
Ou autre, si vous osez ?

Âge : 24 ans

Nationalité : Japonaise

Niveau Social :
Aisé à fortuné.

Métier : Policier
Assistant du commissaire

Orientation Sexuelle : Ambivalent, à tendance seme en général.

Tetsuhito à 9 ans

Tetsuhito à 20 ans

Il était une fois...
FAMILLE
Sa mère est morte à sa naissance et il n'a ni frère ni sœur. Orphelin depuis quelques années suite à la mort de son père, Tetsuhito vit seul dans un appartement du centre-ville et s'abstient du moindre contact avec les membres éloignés de sa famille qu'il ne connait que très peu : son oncle, âgé de 36 ans, est le plus jeune frère de son père et vit avec son épouse dans le sud du japon. Tetsu ne les a croisés qu'à l'occasion de l'enterrement.
HISTOIRE
Le 31 Octobre, Halloween bat son plein dans les rues de New York.
Un jeune japonais de 18 ans, seul dans son petit appartement de la cinquième avenue, se souvient des jours passés sans savoir que le bébé naissant à cette seconde quelques milliers de kilomètres plus loin, au Japon, causera sa perte.

~ Dîtes Sensei, quand je trouverai une personne précieuse à mes yeux, je traiterai cette personne avec le plus grand soin, à jamais. ~
Une des cases de son esprit est sans doute totalement hors-service ou un truc du genre.
~ Je ne lui ferais rien qui puisse le faire se sentir mal. Je la chérirais. ~

* * *

Un bébé, aux rares cheveux châtains et aux joues couvertes de larmes après son premier cri, vient de naître. Sa mère prononça son nom d'une voix épuisée, Tetsuhito, juste avant de rendre son dernier souffle et de fermer les yeux à jamais. Son père, un homme portant la tenue militaire des gradés de haut-rang, regarde ce nouveau-né avec un sentiment mêlé de colère et d'amour... cet enfant à tué celle qu'il aimait, mais il est également tout ce qui lui reste d'elle. Il laisse une infirmière ôter le bébé des bras de la défunte pour aller le laver et lui donner son premier lait avant qu'il ne soit confié à ses bons soins. Pendant ce temps, sous ses yeux, on recouvre le visage de sa femme d'un drap blanc... puis on lui demande de sortir. Tout sera mis en œuvre pour que son épouse ait droit à un enterrement digne des plus grands dignitaires.

~ J'aime Tetsu... Tetsuhito. ~

* * *

Trois ans ont passé. Le bébé a grandit, il est devenu un enfant radieux, aux yeux dorés et brillants qui pétillent d'intelligence. Ses sourires illuminent le grand pavillon dans lequel il vit depuis sa naissance, avec les domestiques, une nourrice, un professeur, une kyrielle d'hommes de mains... et son père. Du moins quand ce dernier est présent, c'est-à-dire rarement. Cet homme renommé pour ses haut-faits militaires durant la guerre est également connu pour ses absences longues et régulières... tout le monde dans la maisonnée sait qu'il porte peu d'intérêt à la vie de famille depuis la mort de sa femme. Sinon pourquoi préférerait-il passer tout son temps libre à la base militaire, même lorsque rien ne le nécessite, plutôt que de passer du temps avec son fils unique, cet enfant si adorable et gentil que chacun reste sous son charme? Sans doute est-il plus préoccupé par sa carrière que par l'éducation de son seul enfant. Et pourtant ne lui a-t-il pas choisi ce qu'il se faisait de mieux en matière de compagnie et d'éducation? Une des meilleures nourrices de la ville, un jeune professeur japonais venu des USA et renommé pour ses qualités d'enseignants auprès des jeunes enfants, les employés de maison les mieux qualifiés et fidèles que l'on puisse trouver, et des gardes du corps si sérieux et efficaces que même un chef d'état pourrait le jalouser... Cet homme-là sait s'entourer des meilleurs, comme toujours. Son fils devrait s'en réjouir et se contenter de cette abondance : le Général ne veut pas s'embarrasser d'un enfant tant que celui-ci ne sera pas en âge de comprendre les choses de la vie et l'obéissance que l'on doit à un homme tel que lui, respecté par des milliers de soldats pour les victoires qu'il leur a apporté. C'est ainsi et ça ne sera pas autrement.

* * *

" Ne perds pas espoir ! Je t'assure, avoir confiance en toi c'est la meilleur chose à faire... montre à cette fille quel garçon tu es et je suis sûr qu'elle te regardera autrement, fais de ton mieux... d'accord, Tetsu ? "

Une mine réjouie et un sourire d'enfant de bientôt neuf ans. L'âge de ce petit garçon blond qui a bien grandi et qui, comme seuls les enfants savent le faire avec innocence et sans arrière-pensée, s'est enamourée d'une jolie petite fille de son âge, sa voisine. Une mignonne petite brune aux cheveux ondulés qu'il voudrait inviter à son anniversaire devant se dérouler deux mois plus tard... mais jusqu'à présent, la gamine n'a eu aucun regard pour ce petit voisin riche qui vit dans une grande maison : ses parents à elle ne sont pas si fortunés et légèrement aigris, ils ne font que lui répéter qu'elle ne doit pas s'intéresser à ce qui se passe dans cette maison sinon ils auraient des ennuis... le Général est un homme très redouté.
À l'opposé, Shin Hatsubo, le professeur du petit garçon, cherche à encourager son jeune protégé pour qu'il ne renonce pas à cette première attirance d'enfant... et pourtant dieu sait que ses pensées se troublent dès qu'il pose les yeux sur lui. Mais pour l'instant, il ne veut pas plus... il n'a pas le droit d'avoir plus.

~ C'est tout ce qu'il y a à prendre. Je ne demanderai pas davantage. Tout ce que je souhaite c'est de continuer à le voir sourire... ~

La petite fille a refusé l'invitation avec la pression de ses parents et Tetsu revient les yeux brillants de tristesse... il n'a personne d'autre à inviter, il ne connaît pas d'autres enfants de son âge comme il n'est jamais allé à l'école : il a toujours étudié à domicile et son seul véritable « ami » est Shin, son professeur particulier qu'il a toujours eu auprès de lui depuis ses trois ans. Le jeune homme, âgé de 27 ans, essaye à nouveau de réconforter l'enfant en lui promettant qu'il fera tout pour l'aider à convaincre la fille de venir... cette promesse ramène un sourire sur le visage de Tetsu qui acquiesce d'un signe de tête avant de s'élancer dans le jardin sous les yeux de son professeur qui ne peut détourner son regard de lui.

~ Si mignon, je voudrais voir ce visage pour toujours. Mais c'est bizarre... est-ce que je me fais des idées ou bien...? Son visage semble tellement triste parfois... ~

* * *

Les jours passent, mais malgré ses efforts, la petite fille et ses parents refusent toujours. Le père de Tetsu brille également par son absence pour ne pas changer : il a rarement assisté à l'anniversaire de son fils depuis sa naissance. De son côté, les pensées de Shin sont de plus en plus obnubilées par ce petit garçon qu'il chérit tant. Même lorsque d'autres lui parlent, il ne parvient pas à rester concentré et ses yeux recherchent toujours la petite tête blonde qui essaye encore d'inviter sa voisine... en vain.

~ Ah... encore raté... je n'arrive plus à voir son visage heureux. ~

" Tetsuhito... je pense que c'est bien de continuer à insister, mais ce serait mieux si tu essayais de lui montrer tes bons côtés, j'espère qu'elle finira par accepter vu que tu fais de ton mieux pour la convaincre, pas vrai ? "
" ... Et vous, Sensei? Qu'est-ce que vous... pensez de moi ? "
" ... J'aime... vraiment quand tu fais de ton mieux Tetsu, continue comme ça. Tu veux que je l'appelle? Attend-moi alors je vais la... "

Une petite main qui s'agrippe à la manche de l'homme pour l'empêcher de partir loin de lui.
" Non, Sensei!... Je... je voudrais que Sensei en sache plus... je voudrais voir Sensei heureux. "

~ Moi? Je n'ai rien à voir avec ça... pourquoi? ~

* * *

Deux jours plus tard, seul dans sa chambre allouée du grand pavillon, Shin semble déphasé, son esprit totalement préoccupé par ce qu'il s'était passé avec l'enfant. Entre ses mains, une vieille photo de classe où on peut le voir, plus jeune, entouré d'autres enfants et de son professeur de l'époque... disparu depuis.

~ C'est comme un rêve... qu'est-ce que je devrais faire ? J'ai l'impression de flotter, sa petite main dans la mienne. Dîtes Sensei, que dois-je faire ? Si Tetsuhito aime quelqu'un comme moi... bien sûr que je le chérirais. Je le traiterais avec la plus grande attention. Je ne lui ferais rien qui puisse le faire se sentir mal. Je ne veux pas faire ça... Bien sûr que je ne veux pas faire ça. Je le chérirais. Je dois rester calme. Doucement... ~

* * *

Les jours passent encore et, définitivement, la petite fille a refusé. Déçu mais déterminé à ne pas se laisser abattre, Tetsuhito a donc décidé du haut de ses presque neuf ans, qu'il ne fêterait son anniversaire qu'avec son professeur et personne d'autre! Il reste quinze jours avant la fête et l'enfant est venu le voir dans sa chambre afin de savoir ce qu'ils allaient préparer pour ce jour spécial... car ce sera aussi le jour d'Halloween et il veut absolument que Shin lui montre ce qu'est cette fête dans le pays d'où il vient. Il veut qu'à son anniversaire tout le monde soit déguisé!

" Déguisé ? Désolé Tetsu, tu sais Halloween ce n'est pas vraiment une fête d'anniversaire à la base et... "
" Mais c'est le mien ! C'est... je veux que ce soit comme chez Sensei, comme là-bas... s'il vous plaît... "
" Très bien, c'est d'accord. Nous préparerons des costumes alors... reste à savoir lesquels. "


~ Son regard d'enfant suppliant. Je me sens si nerveux... Que... Qu'est-ce que je devrais dire ? Ah... à m'écouter je croirais avoir à faire à un stupide adolescent face à son premier petit copain. Mais il est si mignon... si mignon. ~

* * *

Un jour de plus... sans un mot. Aucun échange, aucune décision de prise, que ce soit concernant la fête ou bien au regard des sentiments éprouvés pour cet enfant et que le professeur sait n'être pas « sains ». Après s'être endormi sans vraiment le réaliser et troublé par la présence du garçon à ses côtés qui n'a pas voulu quitter la chambre même durant la nuit, Shin se réveille en sursaut en se demandant ce qu'il peut bien être en train de faire là... un rêve, surpris que le petit ange soit déjà éveillé en silence depuis un moment et lui dise le plus innocemment du monde, en le fixant de ses grands yeux dorés :

" Je regardais le visage de Sensei en train de dormir. "

~ Dire quelque chose de si adorable Tetsu, je ne peux pas continuer à... ~

Sans réfléchir, l'enseignant s'approcha doucement de son visage pour poser ses lèvres sur les siennes, son bras l'entourant pour l'attirer à lui sur ses genoux. Un baiser doux qui surprit l'enfant... mais pas autant que la langue qui s'insinua entre ses lèvres, ni que la main qui se glissa sur sa cuisse sous son short de pyjama. Son petit corps parcouru de tremblements, des gémissements de crainte sur ses lèvres prisonnières et des larmes perlant aux coins de ses yeux. Perdu dans les sensations éprouvées, Shin mit quelques secondes avant de se rendre compte de ce que ses gestes provoquaient, mais une fois réalisé il s'arrêta immédiatement, presque effrayé lui-même de ce qu'il venait de faire en s'excusant encore et encore auprès de l'enfant terrorisé...

~ J'allais le forcer à... c'est vrai qu'il n'est pas une fille, bien sûr qu'il a peur... est-ce qu'à son âge je pensais déjà à... ? Non... Je dois prendre soin de lui... avec beaucoup de douceur... je ne le forcerais pas à faire quelque chose qu'il n'aime pas. Je vais agir normalement, je ne ferais pas ce qu'il ne veut pas... normalement... normal. Qu'est-ce qui est normal ?... Quand j'avais son âge, je n'avais pas encore eu de sexe, non ?... Donc... ~

* * *

Une bonne demi-heure de gêne s'écoula avant que Tetsu ne sorte de la pièce et disparaisse. Vingt-quatre heures de séparation plus tard, l'enfant avait osé revenir à proximité de son professeur dans la cuisine, timidement, Shin étant aussi embarrassé que lui en essayant de trouver un moyen d'agir « normalement »...

" Tiens, je t'ai préparé un lait chaud. "
" Merci... Sensei. "


~ Est-ce que Tetsu a toujours été aussi calme?... ah... il s'est mit du lait sur la lèvre, si mignon... ~

Une action irréfléchie encore une fois. Perdu dans ses pensées, Shin vint lui lécher la lèvre pour récolter la fine trace blanche qui salissait le visage de l'enfant, y déposant ensuite un tout petit baiser en lui caressant la joue, soufflant avec un demi-sourire...

" Tu avais du lait. "

Son sourire disparut bien vite devant le visage crispé et effrayé de Tetsuhito qui le regardait les yeux écarquillés, ses mains serrées sur sa tasse de lait. Le silence suivit le malaise... et les quelques jours qui les séparaient encore de l'anniversaire s'égrainèrent ensuite dans la morosité et la gêne inconfortable. L'enfant restait dorénavant à distance de son professeur, isolé dans son coin, extraordinairement calme et silencieux pour un garçon qui était auparavant plein de vie. L'enseignant, lui, n'osait plus vraiment s'approcher de lui de crainte d'agir mal encore... il avait beau faire, son problème ne trouvait pas de solution : un adulte n'a pas le droit d'aimer un enfant de cette façon-là, quelque soit le point de vue d'où il se plaçait, c'était sans issue... il n'était pas normal. Il devait lui manquer une case... Jamais il n'avait éprouvé ce type d'attirance... avant il était déjà gay, mais seuls les hommes de son âge l'intéressaient alors que là... est-ce que l'affection qu'il éprouvait pour Tetsu était un véritable amour inexplicable ou bien était-ce lui qui devenait fou ?

~ Ce n'est pas bon. Le sexe n'est pas bon. Embrasser, c'est interdit... tu le sais bien pourtant, non? Ne sois pas si pressé, ça ne sert à rien si Tetsu finit par me haïr... ce n'est qu'un enfant. Je ne suis pas normal. Je ne peux pas faire quelque chose comme ça... Je ne veux pas qu'il me haïsse. Huh ? Je viens seulement de réaliser que dernièrement, je n'ai plus revu le sourire de Tetsu... Je ne peux pas le laisser penser que je suis bizarre, mais... pourquoi ne souris-tu pas ? Qu'est-ce que je fais de mal ? ~
~ Shin, si tu veux vraiment être avec cette personne, mais que celle-ci ne veut pas... Tu ne peux pas l'enchaîner. Tu ne peux pas la garder près de toi même en la tuant. ~
~ J'ai compris Sensei... Je ne veux pas faire quelque chose qu'il ne veut pas... mais pourquoi ne sourit-il pas pour moi ?... J'ai envie de le voir... J'ai vraiment envie de le serrer dans mes bras quand je le vois, c'est vrai... mais il ne me sourit plus. Je ne comprends vraiment pas. Il ne sourit plus pour moi... ~
~ ... tu ne peux pas le voir si tu le tues. ~


* * *

Les gens vivant dans le pavillon se rendaient bien compte que quelque chose clochait depuis quelques temps, chuchotant dans leur dos au sujet du passé de ce professeur... la suspicion naissait. Ce jeune homme vivait là depuis 6 ans, mais tout le monde savait très bien qu'il résidait aux USA avant, qu'il avait fuit le Japon... un lâche pensaient certains, bien qu'ils ne connaissaient pas les raisons de cette fuite. D'autres s'imaginaient des choses et commençaient à dire qu'une des cases de son esprit était sans doute totalement hors-service ou un truc du genre. Qu'il pétait les plombs à déambuler ainsi tel un fantôme en marmonnant tout seul comme s'il parlait à un ancien ami disparu... De son côté, Tetsuhito ne pensait pas de telles choses, mais il avait bien vu lui aussi que quelque chose ne tournait plus rond depuis la dernière fois... malgré sa peur, trois jours avant son anniversaire, il se décida à venir frapper à la porte de chambre de son professeur, nerveux. C'est un professeur décontenancé et surpris qui lui ouvrit alors... craignant que seule une raison grave aurait pu décider l'enfant à s'approcher de lui à nouveau.

" Tetsu ? Que... qu'est-ce qui se passe ? "
" Ahh... mh... je... je suis venu... pour vous voir Sensei... savoir si vous allez bien ? "
" Me... voir ? "
" Oui ! C'est... c'est vrai... "


~ Vraiment ? Ça fait tellement de bien... Il est venu me voir ! Mais qu'est-ce que je suis sensé faire maintenant ? Embrasser ce n'est pas autorisé, donc naturellement tout ce qui serait plus poussé est encore pire... alors est-ce que ça irait si je le prenais juste dans mes bras ? J'ai vraiment tellement envie de te serrer contre moi... Je voudrais te dire que j'avais vraiment envie de te voir. Je voulais vraiment voir... Je voulais vraiment... ~
~ Shin, si tu trouves quelqu'un de précieux à tes yeux, traite-le avec tout ton amour, d'accord ? En retour, cette personne t'aimera certainement aussi. ~


* * *

Le 31 Octobre, dans le jardin du pavillon des Tanaka.
L'enfant souriant est déguisé en démon renard, portant un kimono clair et une queue rousse dans le bas de son dos. Un masque blanc, maquillé de rouge à la japonaise avec deux grandes oreilles, lui couvre le visage à demi et représente son animal. Juste à côté de lui, son professeur porte lui aussi un kimono avec un masque de démon également, un dragon... c'est Halloween mais ils sont au Japon, la tradition est donc de mise. La fin de journée s'annonce après des heures de jeu ensemble et ils sont tous les deux allongés sous un arbre, pour une petite sieste. Aucune équivoque cette fois durant toute cette journée, mais la tentation reste bien trop présente dans l'esprit de Shin qui cherche désespérément un moyen d'exprimer ce qu'il ressent sans brusquer celui qu'il considère comme son petit ange...

~ Tetsu... si je lui prend la main il n'y a rien de mal, n'est-ce pas? Et pourtant, ce sera vraiment un moyen de le chérir si je tiens sa main dans la mienne... si je... ~

Échec brutal. À l'instant où il voulut toucher des doigts la main d'enfant, l'un des domestiques de la maison passa dans le jardin et Tetsu repoussa vivement son professeur, le visage tendu sans plus aucun sourire. Cette réaction de rejet franc ressembla à un coup de poignard dans le cœur de Shin qui s'éloigna aussitôt sans un mot, l'esprit dévasté... plus il serait loin, moins ça ferait mal, il l'espérait... même si l'enfant lui courait après en l'appelant, il ne voulait plus l'entendre, seules ses pensées brûlaient son esprit.

~ Pas bon. Pas bon. C'est sans espoir. Je ne suis pas normal. C'est absolument mauvais de toucher Tetsuhito ! Je suis bon à condamner. Même si je ne voulais pas le blesser, je n'étais pas supposé le toucher en premier, il a détesté ça... Je ne pensais vraiment pas qu'il... Qu'est-ce que je suis sensé faire, Sensei ? J'ai promis que je le chérirais, mais je ne sais vraiment plus quoi faire... Je ne sais vraiment pas. Suis-je... inutile ? S'il n'a pas besoin de moi... Tetsu ne l'a jamais dit mais... Que dois-je faire ? Je ne peux rien tenter pour lui montrer que je tiens à lui plus qu'un simple professeur tiendrait à son élève... Alors... Qu'est-ce que je pourrais faire pour le rendre heureux ? Je suis désolé, je suis trop stupide pour comprendre, pour savoir ce que je suis sensé faire de ces sentiments envers lui... je dois être fou... ~

" Tetsu... est-ce que je devrais mourir ? "
... Un murmure presque inaudible avant qu'il ne se tourne vers le petit garçon, perturbé, et qu'il ajoute à voix plus haute pour qu'il l'entende.
" Est-ce que je devrais partir... disparaître ? Je suis désolé. Je n'avais pas compris que tu ne voulais pas du tout que je t'approche, que je te touche... J'ai essayé mais je ne t'ai même pas posé la question... je n'ai pas essayé de t'expliquer... je voulais te chérir, j'ai cherché comment mais... Je tiens à toi, je t'aime... vraiment... vraiment beaucoup... je t'aime Tetsu, mais... "
" Sensei... j'aime Sensei aussi ! Je... Je ne hais pas ça ! Je ne hais pas ça du tout !... C'est juste que... personne n'a été comme ça avec moi... avant Sensei, je... j'étais tout seul tout le temps, alors... je savais pas quoi faire... personne n'a jamais dit qu'il m'aimait et... quand vous m'avez touché, je me suis senti… bizarre... je savais pas ce qui allait se passer... je suis désolé... je ne vous hais pas... même si c'était bizarre... j'aime Sensei... Je suis désolé. "


Un long silence, l'enfant tendant ses bras ouverts vers son professeur, les larmes roulant sur ses joues. Lui non plus ne comprenait pas vraiment ce que Shin ressentait, mais ce « Sensei » était la seule personne qui lui avait montré de l'attention, qui s'était occupé de lui depuis sa naissance. Il avait remplacé une mère morte et un père trop absent, il était tout son univers puisque l'enfant n'avait jamais eu le droit d'aller plus loin que le portail du jardin de son pavillon...

Cette nuit-là, Tetsuhito dormit dans la chambre de Shin. Adulte ou enfant... rien n'avait plus d'importance ; les tabous et interdictions, plus rien ne comptait. S'il aurait voulu goûter à l'union de leurs corps, l'enseignant y renonça pourtant, préférant le serrer simplement dans ses bras comme une poupée fragile qu'il ne fallait pas briser. Une étreinte douce pour l'enfant, mais à la signification douloureuse, une souffrance aiguë de l'âme, baignée de larmes et d'une légère déchirure pour sa première réelle preuve d'amour après neuf ans d'existence.

* * *

Je me réveillais en sursaut au milieu de la nuit, jetant un regard encore hébété sur le mirage d'un corps qui dormait près de moi et sur ces longs cheveux gris couvrant l'oreiller qui me narguaient de l'envie de les effleurer... Avant de disparaître. Un pincement me serra le cœur comme un sentiment douloureux. Les années écoulées n'ont pas effacé le souvenir de cet anniversaire d'Halloween, à neuf ans, où je m'étais déguisé en renard. De ce jour où mon corps a quitté l'enfance et la pureté pour goûter à la tendre amertume d'un homme qui avait préféré devenir fou plutôt que de me blesser.

Pourtant les choses ont changées depuis : après trois ans de notre relation fusionnelle -qui n'alla jamais jusqu'à l'acte pourtant- quand j'ai eu 12 ans, Shin est parti... Congédié par mon père qui jugeait que « son fils était en âge de suivre des cours à l'école de l'armée et qu'il n'avait plus besoin d'un professeur particulier ». J'en ai eu le cœur brisé. Shin également, je crois... Mais les regrets ne sont plus à avoir puisque mon tendre professeur a trouvé la mort peu de temps après, d'une tumeur au cerveau découverte trop tard pour être soignée... Son « grain de folie » provenait certainement de là. Mes larmes d'enfant avaient coulé douloureusement sur mes joues à l'annonce de cette nouvelle... Puis elles s'étaient taries, progressivement. Mais malgré tous mes efforts, je sens que mon sourire n'a plus jamais été aussi joyeux qu'à l'époque de mes neufs ans et depuis, ce sourire est devenu plus un mécanisme forcé qu'une réaction venant naturellement. À côté de ça, mon Général de père s'est montré beaucoup plus présent pour l'éducation de son unique enfant, brillant cette fois par sa sévérité et ses exigences... Le monde évoluait, grandissait. Moi aussi. Adolescent, puis jeune adulte, je sais que je suis resté encore parfois ce petit garçon naïf, adorable et attachant, mais par dessus tout, je suis devenu « le fils du Général » après que lui aussi ait trouvé la mort, lors d'une manœuvre militaire à l'étranger. J'ai alors hérité de sa fortune, même si à vrai dire, je n'en apprécie que moyennement les avantages, tout ceci ne m'intéressant pas. Si mon père n'avait pas été celui qu'on connaît, sans doute que je me serais facilement contenté d'une vie moins aisée. Mais la question ne se pose pas bien sûr : j'ai conservé le domaine familial, par respect, même si j'y met rarement les pieds.
Par la suite, je me suis engagé dans des études, puis une carrière policière. Mon expérience militaire me fut au moins utile dans ce domaine. Bien que, si je me doute que j'en avais les capacités, je ne recherchais pas particulièrement à atteindre les postes hauts-placés, j'imagine bien qu'il m'aurait certainement suffit de prononcer le nom du Général pour que cela m'ouvre de nombreuses portes... Mais à quoi bon? À la place, je me suis borné à « rester dans les normes », en me faisant plus ou moins discret pour ne pas attirer l'attention sur moi et tenter de vivre une existence plus tranquille et libre que celle que j'avais connue étant enfant. Ainsi, il ne me fallut pas très longtemps pour être finalement affecté au service du dernier chef de police en date et dont je ne citerais que le prénom, en mémoire de lui : Masato. Ah... celui-là... un vrai phénomène! Être assistant dans un service dirigé par cet homme n'était pas facile tous les jours, d'autant plus quand malgré moi la relation professionnelle a dérivé vers le personnel, incontrôlablement... Face à cette situation au départ indésirée, j'ai longtemps peiné à concilier les deux, notamment car Masato ne me laissait pas d'autre choix que de me soumettre à ses désirs... Alors qu'avec tous les autres, c'est généralement l'inverse. Pourquoi? Je ne sais pas... Peut-être car ce satané flic restait le seul pour lequel j'ai éprouvé ce genre de sentiments... Je n'ai connu ça qu'une seule fois auparavant, et c'était toujours resté un secret... Au fond, je ne devrais plus y songer : il est parti.

Dans le lit, mon regard se porta une nouvelle fois sur le vide laissé à mes côtés par son absence. Un vide que j'avais remplacé par un amant passager qui dormait encore paisiblement à sa place. Et c'est avec un soupir discret que je me passais la main dans les cheveux, en me demandant comme à chaque fois, pourquoi j'avais encore cédé aux avances d'un parfait inconnu... Mais la vision de ce corps, nu sous les draps, me fit rougir malgré moi : j'ai cédé car j'en ressentais le désir et car je me sens seul, c'est aussi stupide que cela!... J'ai l'impression que je pourrais résister autant que je le voudrais, ça ne changerait rien. Rhaa... ça m'horripile d'être aussi faible! Mieux vaut encore que je détourne les yeux et me recouche. En lui tournant le dos ainsi, ma tête enfouie sous mon oreiller pour ne surtout pas qu'il lui prenne la mauvaise idée de me surprendre dans cet état de confusion, avec un peu de chance il croira que je dors et ne me touchera pas lorsqu'il se réveillera pour rentrer chez lui...

Il me laissera seul.
Je déteste ça!...

C'est décidé... Demain, je vais me trouver quelqu'un. Pas un humain, c'est trop volage. Un... comment appellent-ils ça déjà? Ah oui... un « pet ». Oui, c'est ça. Les animaux sont fidèles, n'est-ce pas? Ils n'abandonnent pas leur maître...

Et puis de toute façon, même sans raison personnelle, il m'en faudra un : mon nouveau chef de service l'a exigé pour ma protection. Je ne suis pas certain que cette raison soit vraiment légitime, mais depuis ma dernière enquête d'infiltration qui vient de se terminer, il a jugé que ma vie pourrait être menacée et que quoi que j'en dise, un de ces hybrides pourrait toujours s'avérer utile à l'avenir au poste...

Hum... Je me demande... Si j'en achète un, est-ce qu'il sera réellement... « à moi » ?

S'il m'appartient vraiment, je ne serais plus seul...




. . . . . . . . . .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Uyoku
Admin
Admin


Date d'inscription : 30/05/2010
Messages : 1166
Orientation sexuelle : Assexué
Caractère : Fort
Maitre de : Ce monde ~
Esclave/Pet de : Ma fonction.

MessageSujet: Re: Tetsuhito Tanaka [Policier ~ Terminé!]   Lun 15 Nov 2010, 01:18

    Bonsoir Tetsuhito ^^

    Encore une belle fiche validée!

    Ton appartement se situe Résidence Shinn N°19

. . . . . . . . . .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://master-soumisv2.forumactif.com
 
Tetsuhito Tanaka [Policier ~ Terminé!]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master-soumis V2 :: • Formalités de séjour • :: Fiches d'état civil & Parcours :: Cartes de séjour validées :: Cartes de séjour Maîtres(ses)-
Sauter vers: