AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Eliandre Disestsu - Esclave

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Partagez|
avatar
Date d'inscription : 06/01/2019
Messages : 6
Orientation sexuelle : Bisexuel Soumis
Caractère : Mixte
Maitre de : /
Esclave/Pet de : Alyson Villegas
Esclave garçon
Message Eliandre Disetsu le Lun 14 Jan 2019, 06:58
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas


"Docile "Eliandre Disetsu




Esclave Garçon


Nom : Disetsu
Prénom : Eliandre
Surnom : Blondy, Docile, Babydoll, au choix de sa Maîtresse
Âge : 27 ans
Nationalité : Japonais
Orientation Sexuelle : Bisexuel soumis



Ce que je vois dans le miroir

☆ [i]Blondy est un produit de luxe et a tout ce qu'on pourrait en attendre. Un corps entretenu, des muscles doux, des traits fin. Ce qui le caractérise au premier regard est sa tignasse blonde et lumineuse, étincelante.
Ensuite vient son regard. Un regard bleu dans lequel aucune émotion ne saurait se cacher. Pour qui le connaît un tant soit peu, croiser son regard suffit à savoir ce qu'il se trame dans son esprit.
Une certaine ambivalence existe au sein de son regard froid. Lorsqu'il est en proie à la soumission, ses sourcils se lèvent légèrement, lui donnant un aspect vulnérable et offert. La frustration se devine alors facilement à sa bouche légèrement entrouverte et à son souffle saccadé. Sa posture se fait incertaine, et ses gestes gagnent en maladresse et en douceur, laissant deviner ses sensations à fleur de peau.
Lorsqu'il donne libre court aux braises de rébellion qui sommeillent encore aux tréfonds de son esprit, ses sourcils se froncent et une étincelle vivace s'allume dans son regard. Il reprend de sa stature, se tient droit, déliant ses épaules. Il semble alors prendre davantage de place dans la pièce.
Ce n'est là que la flamme d'une bougie qu'un souffle suffirait à éteindre, et les différentes marques de punition sur son corps ne manquent pas de rappeler son statut d'esclave. Et laisse même deviner un certain penchant masochiste.





Ce qui se passe dans ma tête

☆ [i]Cela fait presque une dizaine d'année que Blondy est esclave. Et il en a aujourd'hui toutes les caractéristiques. Pour peu que sa Maîtresse ait un peu de poigne, il se montre docile et obéissant. Craintif même. Il existe en lui une dualité très forte. D'un côté subsiste le gamin insolent qu'il était, et il ne peut s’empêcher de saisir toute occasion de le faire revivre lorsque l'opportunité se présente, redevenant alors, au grés de quelques provocations, quelques actes audacieux, un homme droit, viril, et dominant. Et plus sa Maîtresse lui laisse de liberté, plus cet aspect de sa personnalité grandit, comme un feu dans sa tête et ses entailles. Un feu oublié la plupart du temps, mais dont les braises ne s'éteignent jamais complètement.

Mais Blondy a appris à être un parfait petit esclave, et ses Maîtres et Maîtresses successifs ont approfondi cet aspect de sa personnalité, jusqu'à faire de lui tout ce qu'ils souhaitaient, allant du serviteur bien habillé au petit chien digne d'un hybride.
Durant ses premières années d'esclave, Blondy a été confié à une Maîtresse spécialiste du conditionnement par l'hypnose. Elle a façonné l'esprit du jeune esclave comme elle le souhaitait, jouant avec son esprit, le rendant vulnérable et fragile.
Mais surtout, elle l'a conditionné pour qu'il obéisse à toute phrase utilisant le nom qu'elle lui avait choisi, « Docile ». Depuis dés qu'un ordre, un demande, une suggestion même lui est faites en utilisant ce nom d'esclave, il ne peut s’empêcher de désirer exécuter cette demande. Quelle qu'elle soit.
Son éducation d'esclave à fait naître en lui des goûts et des désirs qu'il ne se connaissait pas, et qu'il n'ose pas complètement avouer. Ce n'est qu'à travers la domination de sa Maîtresse qu'il accepte et oses en accepter certains, mais d'autres ne sont encore que de fragiles pensées qu'il n'ose ni verbaliser ni envisager. Son désir de douleur est de ceux là. Et son plaisir dans la soumission.
La frustration catalyse cet état d'esprit de soumission et d'abandon à l'autorité, faisant de lui un parfait petit esclave.





Ce qu'a été ma vie jusqu'ici


« Gueule d'Ange », l'erreur de jeunesse

Quelques mots suffisent à résumer la vie d'Eliandre avant qu'il ne devienne Docile, l'esclave si bien nommé. Et cela fait bien longtemps que Docile ne pense plus à cette période de sa vie.
Il venait d'avoir 18 ans. Il n'était qu'un petit délinquant sans envergure, jouant les caïd pour impressionner ses mauvaises fréquentation dans la basse ville. On l'appelait « Gueule d'Ange » à cette époque. Cela paraît si loin.
Le caractère d'Eliandre a toujours été très influencé par son entourage, même avant de devenir le cobaye que nous connaissons aujourd'hui, et il ne fallut que quelques mois de menu larcins pour que Gueule d'Ange se laisse embarquer dans une histoire plus juteuse, et plus risquée. Le kidnapping d'une esclave appartenant à un pontif de la ville. Aujourd'hui, Eliandre a oublié la majeure partie des détails de ce crime. Tout ce qu'il en retient est que l'histoire à mal tourné, genre méchamment mal tourné.
Ce devait être un coup facile, discret, et rentable. Mais bien sûr Eliandre ignorait que l'esclave appartenait à l'une des personnes dont il ne faut pas attirer l'attention. En l'occurance, un homme politique étroitement lié au système judiciaire du pays.

Le temps d'une descente de police dans les locaux de sa bande, et la juteuse rançon se transformait en arrestation musclée.
Procédure judiciaire, condamnation, amende exorbitante, dommages et intérêt à rembourser sur suffisamment de vies pour pourrir définitivement celle de Gueule d'Ange. Jusqu'à ce que le juge le mette face à un choix. Purger sa peine en prison pour les décennies à venir. Ou perdre son statut d'être humain. Et devenir définitivement esclave.

Esclave. Cela ne paraissait pas être une si mauvaise idée sur le moment. Et puis, il est plus facile de s'enfuir de l'esclavage que d'une prison. Sans réfléchir, il signa l'accord.

« Babydoll » dressage et punitions

Bien sûr, lorsqu'il signa, Eliandre ignorait qu'il serait placé sous la surveillance d'un dresseur professionnel pour lui apprendre bien comme il faut sa nouvelle condition d'esclave. Et c'est l'homme qu'il avait tenté de dépouillé qui se chargea de choisir le meilleur dans son domaine. Un dresseur efficace, connu pour ses résultat, son sadisme, et sa cruauté.

Le dressage dura un an. Une année qui parut une éternité au jeune homme. L'homme chargé de son dressage n'était pas seulement efficace et professionnel. Il était aussi passionné dans ce qu'il faisait. Et comme tout passionné, il apportait un soin tout particulier à sa tâche, imposant à Eliandre une acceptation totale de son état de soumission désormais permanent.
Rebelle les premiers mois, Eliandre regretta bien vite cette première attitude, et continua à en payer les conséquences jusqu'à la fin de son dressage.
Avant de lui administrer sa première punition, son dresseur lui trouva un nouveau surnom. «Babydoll». Cette première punition reste encore aujourd'hui dans la mémoire de l'esclave comme une des plus marquante de sa vie.

De nombreux jours passèrent. L'objectif assumé du dresseur était de former l'esclave si durement que n'importe quel Maître serait un paradis pour l'esclave après un tel traitement. Un mois après l'autre, la volonté de Babydoll diminua. Et ce qui lui paraissait impossible à accepter devint sa routine.
Jusqu'à même … apprécier … certains traitements …
Dont certains particulièrement douloureux.

Au fil du temps, le goût de Babydoll pour les punitions augmenta, et des gravats de son orgueil brisé ressurgit une forme de fierté, de mutinerie, poussant Babydoll à trouver de la satisfaction dans la provocation, et dans les punitions physiques que ses bêtises provoquaient.
Ce petit jeu amusait le dresseur. A ses yeux, ces soubresauts de fiertés étaient insignifiants. L'idée que le jeune esclave jadis si fier se contentait aujourd'hui de si petites victoires avait même quelque chose d'excitant, renforçant la victoire de son dressage.

« Docile » L'hypnose, la frustration


L'année de dressage toucha à sa fin. Eliandre ne ressemblait plus au jeune homme qu'il était en arrivant. Il avait tellement changé d'attitude que seule sa tignasse blonde permettait de le reconnaître.
La logique aurait voulut que Babydoll rejoigne le hall des vente. Mais au lieu de cela, le dresseur se fit un plaisir de récompenser à sa manière les dernières bêtises de sa chose, et contacta une de ses connaissances, une psychologue travaillant pour quelques laboratoires génétiques privés. L'objectif de cette scientifique était de conditionner les esclaves et les hybrides à une obéissance totale par d'autres moyens que le physique.
Dés le premier regard, elle décida de faire de Babydoll le parfait sujet de ses expériences, et de le prendre sous son aile.

La nouvelle Maitresse de Babydoll  lui parla beaucoup. Et le fit parler plus encore, jusqu'à le faire dévoiler ses doutes, ses craintes, ses faiblesses. Autant de points faibles qui lui permirent de contrôler, et endoctriner, le jeune homme. Car tels étaient ses projets d’expériences.
L'hypnose étant se spécialité.
Dans le cadre de ses expériences, Babydoll fut renommé « Docile ». Pour bien lui faire comprendre ce qu'il était destiné à devenir.
Ce nom devint également le mot clé contrôlant le jeune homme. Dés lors qu'il entendait ce mot, les ordres de celui qui l'appelait devenaient des impératif dans son esprit.
Il lutta contre ce contrôle, mais très vite sa Maîtresse trouva des levier pour le faire plier.
La sexualité de Docile était resté un sujet sensible pour lui, même malgré les traitements de son premier dresseur. Avant de devenir esclave, il se montrait très directif, et même dominateur avec ses conquêtes. Se voir privé de cette liberté lui donnait une impression de fragilité, de vulnérabilité. Devenir le soumis de la relation le rendait tremblant, incertain, maladroit.

Sa Maîtresse s'aperçut au fil des semaines que le plus efficace des leviers, ce qui faisait tout accepter à Docile, était la frustration. Frustration sensorielle, mentale, et bien entendu sexuelle. Plus l’esclave était frustré, plus il était soumis, docile, tremblant, dans l'espoir d'être libéré de cette sensation de manque et de désir. Dés lors que ses appétits étaient rassasié, Docile, invariablement, reprenait du poil de la bête, et tenter de retrouver son libre-arbitre. Quel jouet amusant pour la scientifique.

Le conditionnement à l'hypnose prit un an. Mais la scientifique le garda bien plus longtemps que cela, pour son propre plaisir.
A ses côté, Docile découvrit de nouvelles sensations. La soumission. La douceur. L'abandon.
Durant sa première année de dressage, Docile avait du coucher avec des hommes, mais cela n'avait jamais été de son fait. A force de frustration, et de conditionnement, sa Maîtresse pouvait faire naître à loisir les désirs de son choix dans l'esprit malléable de l'esclave, et était parvenue à faire naître dans l'esprit de l'esclave le désir d'autres hommes. Et de leur être soumis. Ce n'était qu'une expérience à l'origine, mais y parvenir avec tant de brio ne manqua pas de lui plaire.
Sa Maîtresse s'en amusa à de nombreuses reprises, prostituant certains soirs son esclave pour s'amuser de l'état de vulnérabilité suite à chacune de ces nuits. Elle le confia parfois à d'autres femmes également, s'amusant de voir la docilité de son esclave grandir et grandir encore.

« Blondy » Produit de luxe.


Deux ans après avoir été confié à sa Maîtresse, de nouveaux projets appelèrent la scientifique. Et Docile rejoignit un des halls de vente de la ville haute.
Formaté comme il l'été, il fut vendu comme produit de luxe. Un esclave sexuel contrôlable sur un simple mot, sa vente ne se fit pas attendre.

Aucune des années qui suivirent ne furent semblables. Pour l'un de ses Maîtres, il était Dolly, petite chienne obéissante et dressée à aboyer et remuer la croupe. Pour une autre, il fut un parfait majordome, l'assistant même dans la formation et le dressage de ses autres esclaves. La liste de ses propriétaire fut longue. A chaque fois, Docile oscillait entre son désir de relever la tête, et sa condition de Docile. Parfois il fut davantage soumis, d'autre fois, Gueule d'Ange semblait ressurgir.
Dans les milieux du luxe, un esclave n'est qu'une denrée jetable, consommable, et régulièrement Docile revenait au Hall de Vente. A force de le revoir, le propriétaire le surnomma « Blondy ». En bon professionnel, il remarqua que, parfois, lorsqu'il récupéré l'esclave, celui-ci était plus vivace que d'ordinaire, plus énergique. Et moins docile.
Le propriétaire du hall de vente trouva la parade à cette velléité de rébellion. Dés que Blondy regagnait une des cages de son commerce, le propriétaire lui installait, la plupart du temps personnellement, une cage de chasteté. Privé de tout plaisir, et de la fierté de ses érections, Blondy retrouvait alors rapidement une attitude docile et sage. Une parfaite attitude pour le vendre facilement.

Une fois encore, Blondy se retrouve aujourd’hui en vente, observant à travers les barreaux de sa cellule les clients potentiels, se demandant pour chacun ce qu'il adviendrait de lui s'il devenait son propriétaire.
Parfois, l'une ou l'autre de ces silhouettes fugitives attirait davantage son regard, et il se mettait à imaginer les tourments qu'une telle personne lui réserverait.
Allant jusqu'à se surprendre à désirer ces tourments imaginaires. En remuant doucement les hanches.
Docile petit esclave. Il avait bien changé.



Derrière l'écran

Pseudo • Âge : Lineas - 33 ans
Origine de votre avatar : Eizen, de Tales of Berseria, par Dash10
Où nous avez-vous trouvés ? De topsite en topstite, on fini par trouver son bonheur
Votre impression sur le forum ? J'ai l'impression que ce forum existe depuis toujours. Une telle longévité force le respect.
Lien de votre personnage avec un autre personnage du forum ? Aucun
Quelque chose à ajouter ? Hum, une envie de glace au chocolat


©️ Uyoku

avatar
Date d'inscription : 04/02/2011
Messages : 2218
Orientation sexuelle : Assexué
Caractère : Fort
Admin
Message Admin Shuhan le Lun 14 Jan 2019, 08:29
Voir le profil de l'utilisateur http://master-soumisv2.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Bonjour et bienvenue parmi nous,

Effectivement le forum maintenant à plus de 10 ans ^^.

Ta fiche me semble correcte, je peux donc la valider. Je t'invites donc a prendre connaissances des petites annonces afin que tu puisses trouver ton bonheur , je t'invites aussi à faire ta fiche parcours.  Ainsi que ton premier poste au refuge. ou au marché noir.

Je te souhaites donc un bon jeu parmi nous.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les portes d'Eliandre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master-soumis V2 :: • Formalités de séjour • :: Fiches des états civils & Parcours :: Cartes de séjour validées :: Cartes de séjour Esclaves-