AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Camille Huang Esclave [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Partagez|
avatar
Date d'inscription : 26/08/2018
Messages : 40
Orientation sexuelle : Hétérosexuel ambivalent
Caractère : Mixte
Maitre de : Wiwi (tentons le tout)
Esclave/Pet de : Wiwi Davies
Esclave fille
Message Camille Huang le Dim 26 Aoû 2018, 20:11
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas


Camille Huang




Esclave Fille


Nom : Huang
Prénom : Camille
Surnom : aucun
Âge : 24 ans
Nationalité : Fraco-Chinoise
Orientation Sexuelle : S'ignore.



Ce que je vois dans le miroir

☆ Les branches craquent dehors, te sortant de ton sommeil. Tes yeux s'ouvrent, fixant le plafond morne puis les murs décrépis. Ta tête se tourne et le froissement des draps t'extirpent doucement de ta somnolence. Tu fais glisser tes jambes, les sortant de sous les draps chauds, leur faisant rencontrer l'air plus frais de la chambre alors que tu te redresses dans un mouvement souple. Tu te frottes les yeux et te lèves, te dirigeant vers la salle de bain en baillant, trainant des pieds.

Tes yeux rencontrent alors le miroir, t'offrant le reflet d'une fille encore endormie. Tu es typé asiatique avec tes yeux en amandes qui sont pourtant grands, expressifs, emplis d'une teinte vert d'eau pouvant virer au bleu, au gris ou au vert selon le jeu des lumières, ce mélange de couleur formant une nuance étrange, atypique. Tu passes ta main dans ta toison blanche, erreur de la nature sur lequel les pigments de couleur ne prennent pas. Tes doigts se perdent dans cette longueur qui t'arrivent au bas du dos. Tu les relèves et saisit une pince qui les coince, emprisonnant ces fins cheveux aussi raides que les blés mais aussi fournis qu'une forêt. Ces derniers courent sur ta peau à chacun de tes mouvement, contrastant avec le léger hale de cette dernière. Un peau douce, sans marque importante en dehors d'un tatouage sur ton bras droit qui représente un dragon oriental, s'enroulant, menaçant, sauvage.

Tu te redresses, affrontant ton double, ton regard se faisant plus critique désormais. Tu analyses tes formes fines, discrètes, ses seins que tu trouves trop petits, héritage maternelle tout comme ses hanches étroites dont certains hommes se plaisent à dire que ça te rends plus exquise à prendre -des goujats sans manière que tu méprises - et tu souris devant ton derrière, partie de ta plastique que tu considères comme un atout. Puis tu remontes sur ton visage, ce visage que tu aimes, que tu as vu évoluer, passant de l'enfant à l'adolescente, connaissant les aléas de cette période ingrate avant de s'étoffer jusqu'à aujourd'hui. Un visage ovale ayant encore les rondeurs de l'enfant bien nourrie surtout quand tu souris. Un visage joueur, provocateur, aux lèvres pleines, aux sourcils épais où trône, entre les deux, sur le front, une tache blanche en forme de goutte.

Tu es une belle femme certes mais souvent ton allure reflète l'arrogance, le mépris. On dit de toi que tu es une femme froide, inaccessible et au vue de ton rang, cela peut vite énerver. Mais toi tu souris devant ce reflet, relevant le menton, fière d'être cette princesse présomptueuse et moqueuse qui, un jour, les fera tous plier pour reprendre son trône.





Ce qui se passe dans ma tête

☆ Qui es-tu, toi qui laisse entrevoir un océan de glace dans tes prunelles qui, sous un feu violent peut révéler une tempête polaire en un battement de cil ? Tu es Camille Huang, fille de Kim Huang, héritière de la fortune des Huang. Tu as été élevé dans le but de suivre les traces de ta mère et de régner sur un empire financier. Tu es donc une battante, une gagnante que rien ne peut briser ou tout du moins le pensais-tu. Tu es une femme bien élevé, ayant des connaissances riches que ce soit en langue ou en gestion d'entreprise. Tu es réfléchie dans ton travail, studieuse pour ne pas dire acharnée. Tu as su prouver très tôt que tu n'était pas une enfant comme les autres, devant te tailler une place au sein de l'entreprise de ta génitrice. Rien ne te fut donné sans que tu ais fournis les efforts pour l'obtenir, ayant une mère intransigeante, froide et calculatrice qui refusait l'idée d'avoir engendrer des erreurs.Tu fus sa fierté.

A tes 14 ans, tu avais déjà un avenir tracé. Tu avais réussi tous les tests, toutes les épreuves. Tu étais une petite reine en devenir et la fierté d'y être parvenu t'emplissait d'orgueil. Tu te sentais au dessus des autres, des faibles qui grouillaient et qui dépendait de tes humeurs. Cela t'amusait de voir comme tout ces hommes et ses femmes pouvaient se courber devant toi, mouche à merde cherchant une faiblesse en ta personne pour en tirer partie. Tu t'es forgée une armure face aux profiteurs, aux traites, aux fourbes : ton allure hautaine, ton regard méprisant, ton sourire condescendant. Tu faisais la douce mais tu étais une lionne.

Parfois, il t'arrivait de céder à ce besoin irrépressible de sortir du carcan que tu t'étais crée pour devenir une autre Camille. Cette fille qui aimait les animaux et souhaitait trouver autre chose, une chose qu'elle ignorait mais dont elle rêvait secrètement. Était-ce un besoin d'amour ? Un manque ? Une envie de simplicité ? Toi-même tu n'aurait su le dire. Alors tu t'abandonnait simplement dans le silence de ta prison doré, entourée de tes animaux que tu chérissais, seules créatures qui ne t'aimaient pas pour ton argent. Rares furent ceux qui avaient pu plonger au plus profond de tes abysses. Derrière l'invivable prédatrice pouvait se cacher une créature maladroite avec ses failles, ses faiblesses. Mais tant de fierté, tant d'orgueil les entouraient, existait-elle encore, cette demoiselle perdue ?






Ce qu'a été ma vie jusqu'ici

☆Un son lancinant emplissait ta tête, les cahots te secouaient, te faisant sortir de ta torpeur. Tu ouvris les yeux avec difficulté, ta vision floutant ce que tu voyais. Il te fallut une minutes pour parvenir à faire la mise au point et tu en profitas pour bouger, gémissant, des douleurs se réveillant au même rythme que ton esprit. Tu avais mal au crâne, ta bouche était pâteuse et tu avais le ventre vide. Où étais-tu ? Pourquoi ? Comment ? Les questions s'enfilaient alors que tu découvrais devant toi des barreaux et qu'une chaine filait hors de la cage, venant de ... toi ? Ta main se porta à ta gorge et tu sentis alors le poids d'un épais collier y peser. L'apathie laissa place à la surprise, l'incompréhension.

"Que..."

Tu baisses les yeux alors que les souvenirs te reviennent, décousus, flous puis soudain une forme se profile, un grincement retentit et alors que tu te redresses pour pouvoir réclamer une explication, tout s'accélère. Un mouvement brusque fond sur toi et un coup te frappe à la tempe, violent, te renvoyant directement dans les limbes alors que tu t'écroules au sol, tes mots mourant au fond de ta gorge.


......


"Mère est morte"

Tu le regardes, ton regard vide, inébranlable. Le chagrin te ronge mais la colère la surpasse rendant ton ton aussi cassant et glacial que le blizzard. Tu affrontes ton frère avec le même froid que ta génitrice et pour cause : vous le méprisez. Ce garçon qui pose sur toi un regard douloureux n'est rien de plus qu'une épine dans ton pieds. Il est la brebis galeuse de la famille, cet enfant qui se fiche de l'honneur, des valeurs, vouant sa vie à profiter et donner sans réfléchir. Tu le détestes de profiter de ce monde alors que toi tu te cantonnes à faire avancer la société de ton mieux, à continuer l’œuvre de votre mère. Il n'est pas le soutien que tu pensais qu'il serait, bien au contraire.
Et il est là, posant sur toi un air de chien battu, accusant le coup et il se relève pour venir t'enlacer. Tu le repousses sèchement, ton visage imprimant ton dégoût.

"Ne me touche pas. Cesse donc ces simagrées et retourne à tes lubies. J'ai autre chose à faire."

Le garçon se recule, le regard douloureux. Il ferme les yeux, se passant la main dans les cheveux, tentant surement de réprimer son chagrin face à toi qui déjà, le délaisse. Il murmure ton prénom comme pour implorer ton aide mais la porte se referme inexorablement, déchirant les derniers lambeaux d'une famille déjà brisée. Tu as 16 ans et te voilà cheffe de meute...



.....



"Liuuuuuuu"

Ta voix résonne, déchirée alors que tu tends la main vers ton frère, tes yeux d'enfant assistant à son départ hors de chez vous. Tu as dix ans et lui huit. Il t'appelle, il pleure, réclamant à votre mère de ne pas l'envoyer en pension.  Il vient t'enlacer, te serrer contre son coeur, te jurant d'être fort et de revenir bientôt. Tu y crois et tu l'espères, ce frère étant le seul à être proche de toi dans cette maison bien trop grande, bien trop vide pour vous. Ta mère te réprimande devant tes larmes et tu te recules, les retenant, reniflant bruyamment en regardant ton cadet qui, et tu le sauras bien plus tard, ne pourra pas tenir sa promesse.
Pourtant à cette époque tu as foi en lui, en ce garçon gentil, poli, aimant, doux. Et c'est bien là le soucis. Mère ne veux pas d'enfant qui croit en les autres, en leur parole. La naïveté n'a pas sa place et Liu, lui n'as pas l'âme d'un Huang d'après les dires de sa mère. Il est trop rêveur, trop maladroit, trop idiot, jamais il ne sera à la hauteur. Peut être que la pension le fera grandir, enfin c'est ce que croit ta mère et c'est le coeur déchiré que tu le regardes vous quitter.


...


"Encore.Non, Encore. "

Tu effaces, tu recommences. Tes yeux te brûlent de fatigue, ta tête te fait mal mais tu obéis. Tu regardes le problèmes, essayant d'y percer la faille que l'on veut te faire trouver, te penchant sur l'équation, ta main glissant dans tes cheveux, le regard plissé, les lèvres pincés. Chaque jour est un défi que tu affrontes. Quand ce n'est pas les problèmes complexes de tes instructeurs, c'est la gestion de l'entreprise auprès de ta mère qui se révèle un casse tête. Il y a les cours privés, les repas avec les proches collaborateurs où tu dois être impeccables, les activités annexes où tu dois briller de par ton rang. Parfois tout cela te semble insurmontable mais tu t'accroches, tu t'accroches pour voir ce sourire bienveillant qui parfois, lors d'une de tes victoires, s'affiche sur ses lèvres si souvent figés. Tu sens son regard sur ta nuque et tu t'appliques d'autant plus malgré ton envie de pleurer, de tout lâcher. Tu refuses de céder. Encore une fois, tu veux gagner, réussir et obtenir cette récompense, ce signe qu'elle est fière de toi et que, peut être elle t'aime.


...

"IL SUFFIT, CAMILLE ! Tu en as assez fait. Comment as-tu pu croire qu'il t'aimait ? Il n'y que notre rang qui les intéresse. Ne deviens pas comme Liu et Cesse de fréquenter ses attardés d'amis. Tu sais fort bien ce qu'ils veulent."

"C'est faux !"


Son regard acéré te tombe dessus, aussi froid que la mort malgré leur teinte sombre. Ses lèvres se pincent et tu lis en elle toute sa colère et sa déception. Pourtant tu l'affrontes encore une fois. Liu est revenu et son retour a changé la donne. Tu veux t'émanciper, sortir de cet étau qui depuis trop longtemps te tue à petit feu. Tu satures. Mais devant elle, tu se sens toujours comme une enfant cherchant un peu d'attention. Cela t'irrite et te blesse, d'autant lus face à cette expression de mépris qui te rabaisse que plus encore. Sa voix se fait celle d'un adulte moralisateur qui voit son élève se montrer trop bête.

"Et bien soit. Va te heurter à l'échec de cette relation. Mais ne vient pas pleurer quand tu découvriras qui il est."


...


Le Retour à la réalité te fait mal. En plus de la douleur à la tête, les flashs se sont enchainés. Ton corps n'est qu'un amas de souffrance, le sang pulse à tes oreilles, tu ne sens plus le bas de ton corps et tu as l'impression d'être loin, loin de tout cela.
Mère avait raison. Raison pour tout. Pour ton frère traître, pour ce monde de salaud, pour celui que tu aimais. Tes joues se mouillent dans le silence de ta prison. Ton chagrin, ta rage, ton ressentiment. Tu détestes cette putain de vie, ce putain de monde. Ta mère est morte en t'abandonnant à tes échecs. Ces échecs qui t'ont conduis ici. Liu t'y a balancé par l'intermédiaire de celui que tu aimais. Quel bâtard ! Un rire t'échappe, nerveux devant l'ironie de cela. Lui, le doux, le faible, le tendre a simplement envoyé sa soeur à la mort, voir pire que la mort. Quel blague, un oscar, voilà ce qu'il mériterait, un oscar et une balle entre les yeux. Ton rire cesse alors que tu ouvres les yeux, tes cheveux formant un voile devant tes yeux. Tu les refermes devant ce qui s'offre à ta vue mais c'est trop tard, une voix résonne.

"T'as fini de délirer ? Bien, alors debout. On en a pas fini avec toi poupée."

Des rires fusent. Poupée.... Tu hais cette image mais qu'importe. De toute façon, son ordre, il peut se le carrer au cul. Tu es incapable de te lever après ce qu'ils t'ont mis. Tu ne te donnes même pas la peine d'essayer, préférant l’orgueil à l'aveu de ta faiblesse.

"Je n'ai aucun ordre à recevoir d'un gueux inférieur."


La suite, tu ne t'en souviens pas mais elle a du se finir comme les autres fois où ils ont voulu t'apprendre le respect. Le viol n'est plus qu'un acte banal, comme les coups, les menaces, les humiliations. Tu les encaisses, encore et encore, comme le reste de ta vie. Le seul avantage à être une esclave c'est que désormais tu peux les envoyer promener avec un langage fleuri et dieu sait que tu te fais plaisir. Mais malgré tout, tu nourris l'envie ardente de quitter ce trou à rat quitte à te mettre du sang sur les mains car au plus profond de ton être tu ne souhaites qu'une chose, qu'une tête. Celle du plus grand des traitres...





Derrière l'écran

Pseudo • Âge :
Origine de votre avatar : Nima de Rossdraws
Où nous avez-vous trouvés ? Par l'intermédiaire d'une fonda je crois '-'
Votre impression sur le forum ? Bblblblblblblbl
Lien de votre personnage avec un autre personnage du forum ? Aucun à moins que j'inspire quelqu'un
Quelque chose à ajouter ? à quand une rébellion ? =D


©️ Uyoku

avatar
Date d'inscription : 26/08/2018
Messages : 40
Orientation sexuelle : Hétérosexuel ambivalent
Caractère : Mixte
Maitre de : Wiwi (tentons le tout)
Esclave/Pet de : Wiwi Davies
Esclave fille
Message Camille Huang le Mar 11 Sep 2018, 18:38
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Désolée du double post mais on m'a dit de prévenir que ma fiche était terminée =)
avatar
Date d'inscription : 04/02/2011
Messages : 2218
Orientation sexuelle : Assexué
Caractère : Fort
Admin
Message Admin Shuhan le Mar 11 Sep 2018, 22:23
Voir le profil de l'utilisateur http://master-soumisv2.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Bonjour et bienvenue parmi nous,

Ta fiche est correcte ^^, je peux donc la valider. Je t'invites donc a prendre connaissances des petites annonces afin que tu puisses trouver ton bonheur , je t'invites aussi à faire ta fiche parcours.  Ainsi que ton premier poste au refuge.

Je te souhaites donc un bon jeu parmi nous.
Contenu sponsorisé
Message Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Camille Chalmers rejette le DNSCRP comme un instrument de politique Néo-libérale
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» Camille Silvan [Pouffy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master-soumis V2 :: • Formalités de séjour • :: Fiches des états civils & Parcours :: Cartes de séjour validées :: Cartes de séjour Esclaves-