2045. MS-Town. Maître/sses, Esclaves, Hybrides ou simples Résident/es. Qui serez-vous?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kyou Yorokobi [Esclave fille]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kyou Yorokobi
Esclave fille
Esclave fille
avatar

Date d'inscription : 03/11/2017
Messages : 20
Orientation sexuelle : Ignore son orientation
Caractère : Faible
Maitre de : X
Esclave/Pet de : Avery & Colin de Vere

MessageSujet: Kyou Yorokobi [Esclave fille]   Ven 03 Nov 2017, 13:59



Kyou Yorokobi




Esclave Fille


Nom : Yorokobi
Prénom : Kyou
Surnom : X
Âge : 21 ans
Nationalité : Japonaise (Père Japonais, Mère Allemande)
Orientation Sexuelle : Ignore son orientation



Ce que je vois dans le miroir

☆  Kyou est une jeune esclave de vingt et un ans. Elle n'est pas bien grande et a un corps plutôt frêle, faisant 1m59 pour 51 kilos. Petite et fine, elle donne souvent l'impression d'être une chose fragile et vulnérable. Elle n'est que douceur et pureté. C'est l'impression qu'elle donne, en tout cas, vu qu'elle a une peau naturellement très blanche, et naturellement très douce aussi. Elle a un corps jeune, un corps ferme, pas forcément extrêmement développé mais bien assez pour prouver qu'elle est bien une femme. Elle a des cheveux plutôt courts. En effet, sa chevelure noire est coupée en carré, avec une frange parfois désorganisé ou parfois bien droite, parfaite, selon les moments et les occasions. Elle a des yeux gris, d'un gris parfois sombre ou parfois clair selon les jeux de lumières de la pièce. Elle a des lèvres fines, légèrement pulpeuses, des traits de visage plutôt fins aussi, un petit nez, de petites oreilles, de petit doigts.. En soit, tout semble petit chez elle. Elle possède un corps de femme malgré cet aspect de petitesse, avec les hanches creusées et une poitrine légère mais bien présente, un petit 85B. Ayant vécue avec des garçons toute la fin de son enfance et son adolescence, elle n'a pas développé de goût pour le maquillage ou autres attraits féminins. Elle ne se maquille que très rarement, seulement quand on la maquille pour les grandes occasions et c'est le peu de fois où elle arrive à se trouver plutôt jolie. Car sinon, elle a un certain dégoût d'elle-même, du corps humain en général. Ce qui explique qu'elle soit habillée souvent de façon à ne pas la mettre en valeur : souvent comme un garçon, ou avec des pulls col roulé, ou avec des robes qui ne se laissaient rien voir de son corps, qui faisaient très vieilles robes de grands-mères. Jamais de décolletés, de minis-jupes, de talons aiguilles, de collants ou de conneries du même genre.





Ce qui se passe dans ma tête

☆ Que dire de Kyou ? C'est une jeune demoiselle assez timide, qui donne l'impression d'être une enfant alors qu'elle a un sens des responsabilités et une maturité plutôt développés. Et ce même si elle est encore débutante, novice, dans certains domaines, notamment dans les relations humaines. Elle est très gentille, elle aime s'occuper des autres, apporter de l'amour, mais elle est aussi assez méfiante vu ce qu'elle a vécu. Elle a longtemps été coupée du monde pour ne rester au quotidien qu'avec un seul individu, et elle a du mal à s'adapter à ce nouveau changement, à devoir accepter de vivre avec quelqu'un d'autre. Habituée à seulement servir une personne pendant des années, elle fut un peu chamboulée quand elle se retrouva de nouveau en refuge, traîtée comme un animal et sur le point de servir quelqu'un d'autre. Elle se sent alors perdue et effrayée, coupée de ses repères, et semble être comme un petit animal vulnérable. Au début, son maître va certainement devoir apprivoiser la demoiselle. Prendre le temps de lui donner confiance, de lui construire d'autres repères. Quand cela sera fait, elle retrouvera l'usage de la parole et se révélera être une demoiselle assez douce, adorable, du genre à donner plus qu'à recevoir si elle le peut, à aider son prochain, à parfois se montrer beaucoup trop gentille au point qu'on pourrait profiter de sa gentillesse sans problème et qu'elle continuerait de sourire même en s'en rendant compte. Formée pendant des années, elle sait entretenir une maison, elle a toutes les qualités d'une bonne à tout faire. Même si elle prend chacun de ses travaux domestiques au sérieux, elle est un peu maladroite et il lui arrivera sans doute de faire des erreurs parfois et d'en faire tout un drame. Elle s'excusera de façon excessive auprès de son maître ou de sa maîtresse, avant de corriger son erreur. Elle est du genre têtue, et quand elle a une idée en tête, elle a du mal à en sortir. Quand elle était plus jeune, elle était très curieuse et intrépide, elle courrait partout, mais sa formation d'esclave l'a obligée à contenir ce désir d'infini, de toujours plus loin, sans se soucier du reste. Ce qui la rend un peu "coincée", elle n'ose plus se lâcher depuis sa formation. Elle ne danse pas, elle ne boit pas, elle ne fume pas, elle ne couche pas, elle ne s'amuse pas, car elle n'a plus le temps pour cela et ça l'embarrasse énormément si on l'oblige à le faire. Si on l'oblige à oublier un peu le boulot pour s'amuser. D'ailleurs, elle ne tient pas du tout l'alcool. Il suffit de deux ou trois verres pour qu'elle soit complètement ivre et qu'elle se mette à faire n'importe quoi et à vraiment se lâcher sans se soucier du reste, car étant ivre, elle ne se rend compte de rien et pour compenser son sérieux du quotidien, elle se lâche même un peu trop au point de potentiellement se mettre en danger. Le lendemain, elle en aura très très honte. Parlons désormais de sa phobie. Kyou est dégoûtée de son propre corps et du sexe : c'est sale, c'est mal, c'est répugnant, c'est effrayant. Le corps des autres l'embarrassent, elle rejette tout contact avec un corps, que ce soit visuel et tactile. C'est un rejet total. Son maître ne pourra pas demander à la demoiselle de venir lui laver le dos pendant qu'il se lave, par exemple. Elle en sera incapable ! Incapable d'affronter la nudité d'autrui. Son corps à elle, c'est pire encore, elle en éprouve du dégoût. Elle se lave deux à trois fois par jour, d'ailleurs. Et l'idée d'une quelconque relation sexuelle la dégoûte aussi, dans l'idée où elle devrait montrer son corps à quelqu'un, entièrement, sans aucune barrières, et mélanger son corps à celui d'un autre. Tout ça, c'est effrayant, gênant et même dégoûtant pour elle. Elle a un sens de la loyauté et de la fidélité très développé. Quand elle aura développé une relation de confiance avec son futur maître ou sa future maîtresse, elle ne pensera qu'à une chose : qu'à leur bien. Elle sera même capable de le/la gronder si elle pense que c'est nécessaire, son instinct maternel prenant le dessus sur sa servitude. Elle a un petit pêché mignon : les fraises. (En même temps, qui n'aime pas les fraises ?)





Ce qu'a été ma vie jusqu'ici

☆ Kyou est née un soir de neige, prenant la vie à sa mère. Elle était née à Tokyo, d'un jeune couple plein d'amour. Sa mère était allemande et vivait au Japon depuis quelques années, s'étant installée avec le père de Kyou, un japonais qui gagnait bien sa vie. Des amoureux qui s'aimaient, un mariage, une maison et maintenant un bébé, tout n'aurait dû être que bonheur, mais la mère de Kyou n'avait pas survécu à l'accouchement. Victime d'un vide, d'un manque et d'un désespoir bien trop grand, le père de Kyou eut du mal à se remettre de la mort de sa femme. Mais, il décida de vouer sa vie à sa fille et fut un père extraordinaire, très aimant et présent pour la demoiselle jusqu'à ses quatre ans. Il se remaria à une Japonaise, décidant qu'il était temps de trouver une femme qui pourrait prendre le rôle d'une mère pour Kyou. Elle avait déjà une fille, une peste, plus âgée que Kyou et qui la traitait comme une esclave, une bonniche. Après deux ans de vie commune, la petite Kyou ne se sentait toujours pas aimée et à sa place dans cette famille. Elle faisait des efforts pour son père, mais celui-ci tomba malade et la maladie l'emporta en quelques mois à peine. Pendant un an, Kyou devint la Cendrillon de sa belle-mère et de sa demie-soeur qui la détestaient clairement. La petite n'avait que sept ans et on l'obligeait à s'occuper de la maison entière. Un jour, elle fit une erreur impardonnable, brisant l'un des chats en porcelaine que sa belle-mère collectionnait. La gifle fut douloureuse. Mais la suite le fut encore plus. Sa belle-mère décida de la vendre comme esclave. Elle était sa tutrice, elle en avait le droit. La petite de huit ans se retrouvait sans droits, destituée de sa liberté malgré elle et vendue de façon privée par sa belle-mère à un couple de riches japonais car ils la trouvaient très mignonne. Ils décidèrent d'en faire la camarade de jeux de leurs fils et une future bonniche de maison. Kyou rencontra deux garçons, Chiaki et Masamune. Chiaki avait le même âge qu'elle, tandis que Masamune était déjà âgé de quatorze ans. Elle fut bien plus heureuse avec eux qu'elle ne l'était avec sa belle-mère. Elle passait son temps à jouer, retrouvant même le rire, le sourire. Aux yeux des deux garçons, elle était comme une petite soeur. Et à ses yeux à elle, ils étaient comme des frères. Elle passa quatre ans de joie, aidant parfois les femmes de ménage pour ensuite repasser du temps avec Masamune ou avec Chiaki. Ou avec les deux. Quand elle eut douze ans, Masamune en eut dix-huit et elle quitta la maison pour aller étudier à l'étranger. Ce fut difficile à accepter, mais Chiaki était toujours là lui. Comme des amis d'enfance, comme un frère et une soeur, ils étaient inséparables, dormant même ensemble par moment. Mais le jour de ses quatorze ans, la demoiselle dû oublier les jeux d'enfants et se concentrer sur son rôle d'esclave. Elle fut formée pendant deux ans à devenir la bonniche parfaite, malgré sa maladresse et son envie de faire des bêtises encore présente au début. Mais à force de formations, elle avait fini par réprimer la petite fille qui était en elle pour devenir le robot qu'on voulait qu'elle soit. Il n'y avait que Chiaki qui arrivait encore à la faire sourire et à l'emmener faire des bêtises parfois. Elle faisait le ménage dans la maison et il venait l'embêter, la chatouiller, puis ils finissaient par se bagarrer et par rire ensemble. Elle sentait qu'il commençait à la regarder différemment, et ce fut encore pire quand ils eurent tout deux dix-huit et l'âge l'égal de se marier. Sauf que non, elle était esclave. Il ne fallait pas qu'il l'oublie. Alors ils continuaient à avoir cette relation fraternelle, un peu ambiguë, sans jamais en parler. Quand il tentait de la toucher un peu trop intimement, elle grimaçait et repoussait ses avances. Elle l'aimait d'une certaine façon, mais elle avait déjà un embarras extrême, une répulsion, pour le touché de l'autre. Et ce fut encore pire le jour où Masamune rentra à la maison. Il venait de perdre son travail, il avait vingt-six ans, la demoiselle en avait vingt. Elle fut contente de le revoir, allant même le prendre dans ses bras avec un sourire alors que lui vivait très mal le fait d'être au chômage et de devoir revenir vivre chez ses parents. Chiaki était encore à l'Université et Kyou servait gentiment un thé à Masamune, un peu mal à l'aise par son regard étrange, limite animal.

<< Tu as bien changé, Kyou.. Tu as un vrai corps de femme maintenant.. Mes parents avaient l'oeil, ils t'ont bien choisi. Mon frère y a déjà goûté ? Tu étais aussi à moi tu sais, pas seulement à lui, donc j'ai le droit d'y goûté aussi. >>

L'incompréhension totale se lisait dans les yeux de la demoiselle. Pourquoi ? Lui qui était si doux et protecteur avec elle quand ils étaient petits, voilà qu'il abusait d'elle sur la table de la cuisine, en la maintenant par les poignets pour ne pas qu'elle puisse se débattre comme elle le voudrait. Comment il pouvait avoir aimé une petite fille comme sa soeur, et la vi*ler quelques années plus tard en indiquant qu'elle avait un joli "corps de sal*pe fait pour la b*ise" ? La honte et le dégoût étaient déjà si grands, mais ils le furent encore plus quand Chiaki rentra dans la cuisine alors que son frère terminait son affaire. Kyou avait envie de lui dire "Ne regarde pas", mais elle n'arrivait pas à sortir un son compréhensible entre ses sanglots. Elle vit la fureur dans les yeux de Chiaki alors qu'il se jeta sur son frère pour le faire reculer et le plaquer au mur.

<< Tu oserais te battre avec ton propre frère pour une esclave, Chiaki ? >>


<< .. Je.. Je vais te tuer ! Comment tu oses faire ça à Kyou ? On la connait depuis qu'on est gosses ! Comment tu oses faire ça à ta petite soeur ? A la femme que ton frère aime ? >>


<< .. Tu l'aimes ? Alors considère que je te rends un grand service.. Aimer une esclave, c'est se vouer à une vie de m*rde, frangin. Elle est notre esclave, elle était là pour jouer avec nous à l'époque, elle est encore là pour cela aujourd'hui. Alors joue avec elle, si tu veux. Tu as le droit. Tu as tous les droits sur elle. >>


Chiaki jeta un regard sur Kyou qui détourna les yeux en tentant vainement de cacher son corps avec ses bras, en repliant ses jambes.. Elle avait envie de mourir de honte, de pleurer jusqu'à ce que ça la tue. Mais ce n'est pas elle qui allait mourir. Chiaki eut un élan de folie à cause des paroles de son frère. Ils commencèrent à se battre, Kyou tenta de les arrêter, sans succès et elle écarquilla les yeux en voyant le sang, en voyant le couteau de cuisine dans la main de Chiaki, dans le ventre de Masamune. Elle poussa un cri en réalisant que l'horreur était à son comble. Ils ne pouvaient pas faire pire ! Elle réalisa alors que Chiaki venait de gâcher sa vie en tuant son propre frère. La mère de celui-ci arriva avec quelques domestiques. Kyou avait un manteau sur les épaules. Elle se souvint de la nuit qui tombait, des phares des policiers et de la haine dans les yeux de la mère de Chiaki. Sans qu'elle ne put revoir Chiaki, sans qu'elle ne put même pas prendre une douche, on l'emmena dans une voiture pour la ramener au refuge. La mère de Chiaki et de Masamune la revendait au refuge, après douze ans de vie avec cette famille,juste après avoir perdu sa première fois dans une situation traumatisante, elle se retrouvait de nouveau en cage, affolée, perdue. Elle repensait au sang, à la mort.. Masamune était mort, tué par Chiaki, et c'était de sa faute. Ce souvenir, cette culpabilité se mélangeaient à la peur d'être coupée de ses repères, loin de sa maison, de la famille qu'elle servait depuis douze ans. Elle développa encore plus sa phobie du corps, n'acceptant même plus qu'on pose simplement la main sur elle sans qu'elle ne fasse une crise d'angoisse. Il fallait l'apprivoiser. Apprivoiser d'abord son esprit pour la mettre en confiance puis son corps, avec le temps. Au refuge, après quelques jours de folie sous le traumatisme du meurtre, elle put enfin se calmer un peu. Elle put se laver, laver son propre corps sale, laver entre ses jambes où le sang séché était encore là. Elle se lava dans ce petit seau de mousse, avant de s'habiller, choisissant un pull très large et un pantalon un peu trop grand. Elle ne voulait plus qu'on la regarde, qu'on regarde son corps, plus jamais. Son corps portait la mort. Il portait la violence. Le sang. Les pleurs. La haine. Le désespoir. Son corps portait tout cela, le souvenir bien trop présent de la dernière fois qu'elle avait vu Chiaki.. Avant qu'elle ne se retrouve derrière les barreaux à attendre un nouveau maître, pendant que lui, il se trouvait aussi peut-être derrière les barreaux pour le meurtre de son frère..



Derrière l'écran

Pseudo • Âge : Gwen, 20 ans
Origine de votre avatar : Dessins de Ilya Kuvshinov
Où nous avez-vous trouvés ? DC
Votre impression sur le forum ? X
Lien de votre personnage avec un autre personnage du forum ? X
Quelque chose à ajouter ? X


©️ Uyoku



Dernière édition par Kyou Yorokobi le Lun 06 Nov 2017, 11:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Shuhan
Admin
Admin
avatar

Date d'inscription : 04/02/2011
Messages : 2119
Orientation sexuelle : Assexué
Caractère : Fort

MessageSujet: Re: Kyou Yorokobi [Esclave fille]   Lun 06 Nov 2017, 07:57

Bonjour et bienvenue sur le forum,

Alors avant que je ne puisse te valider, il faut apporter une petite modification à ta fiche. Un esclave tout comme un hybride ne peut être vendu officiellement avant sa majorité dans un refuge ^^. Hors tu dis que Kyou fut vendue dans un refuge à l'âge de 8 ans, il faudrait donc changer cela car elle n'est pas encore majeur pour être vendu aux Halls, mais elle peut cependant avoir été vendue par sa belle mère directement à la seconde famille qui la possédera il s'agira donc d'une ventre privée entre la belle mère et un membre de l'autre famille.

Voilà juste ce point à modifier et tu seras validée ^^. Préviens moi à la suite quand se sera fait je te remercie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://master-soumisv2.forumactif.com/
Kyou Yorokobi
Esclave fille
Esclave fille
avatar

Date d'inscription : 03/11/2017
Messages : 20
Orientation sexuelle : Ignore son orientation
Caractère : Faible
Maitre de : X
Esclave/Pet de : Avery & Colin de Vere

MessageSujet: Re: Kyou Yorokobi [Esclave fille]   Lun 06 Nov 2017, 11:30

Merci gentil admin ♥️


J'ai corrigé, signalant que la vente fut directement faite par sa belle-mère et de façon privée !

Des bisous et encore merci pour votre travail \o/ <3

. . . . . . . . . .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Shuhan
Admin
Admin
avatar

Date d'inscription : 04/02/2011
Messages : 2119
Orientation sexuelle : Assexué
Caractère : Fort

MessageSujet: Re: Kyou Yorokobi [Esclave fille]   Lun 06 Nov 2017, 12:06

Bonjour et bienvenue parmi nous,

Merci beaucoup pour la modification ^^, et merci à toi pour le compliment.

Ta fiche me semble correcte même si c'est assez triste ce qu'elle vit la pauvre, mais je peux donc te valider. Je t'invites donc a prendre connaissances des petites annonces afin que tu puisses trouver ton bonheur , je t'invites aussi à faire ta fiche parcours.  Ainsi que ton premier poste au refuge.

Je te souhaites donc un bon jeu parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://master-soumisv2.forumactif.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kyou Yorokobi [Esclave fille]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kyou Yorokobi [Esclave fille]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chasse entre mère et fille
» |Selena Kristen Stiwart ♥ Une fille parmis tant d'autres...|
» Présentation de Raphaëlle Ein, l'innocente vilaine fille...
» Les relations père/fille
» Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master-soumis V2 :: • Formalités de séjour • :: Fiches d'état civil & Parcours :: Cartes de séjour validées :: Cartes de séjour Esclaves-
Sauter vers: