2045. MS-Town. Maître/sses, Esclaves, Hybrides ou simples Résident/es. Qui serez-vous?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Katsuei Ishii [Maître]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Katsuei Ishii
Maître
Maître
avatar

Date d'inscription : 30/01/2017
Messages : 75
Orientation sexuelle : Bisexuel Ambivalent
Caractère : Mixte
Métiers : Professeur
Maitre de : Aoba Miyazaki, Yuki Dancino
Esclave/Pet de : Personne, je n'ai pas de prix~

MessageSujet: Katsuei Ishii [Maître]   Mar 31 Jan 2017, 04:49


Carte d'Identité

Avatar :
FEAT : { Kuroo Tetsurou }
ORIGINE : { Haikyuu!! }

Personnage :
NOM : Ishii
PRÉNOM : Katsuei
SURNOM : Tsuei
ÂGE : 28 ans
NATIONALITÉ : Japonaise
SEXUALITÉ : Bisexuel

Maître/sses et Résident/es uniquement :
NIVEAU SOCIAL : Aisé
EMPLOI : Professeur d’arts au complexe universitaire « Shugyou »


Présentation

PHYSIQUE : Katsuei mesure 6’’2, soit 188,98 cm, et pèse 180 lbs, soit 81,65 Kg. Sportif depuis toujours, il a un corps bien sculpté, résultat d’un mélange de natation, de volleyball et de musculation (cardio y compris Wink), développant ainsi particulièrement les nombreux muscles du dos et ceux des jambes. Un symbole celtique est tatoué au niveau de l’omoplate droite, représentant le voyageur. Il a les cheveux noirs, en bataille, faisant contraste avec son teint clair. Il met un peu de gel pour faire tenir le tout sur le côté droit, mais rien de flamboyant. Ses yeux sont vert pomme, cachant un être passionné derrière ses airs nonchalants. Au travail, il porte une chemise blanche/ bleue royale/ bleu poudre ou rouge avec une cravate noire qu’il finit toujours par desserrer dans la première heure de son cours. Étant conscient de ce désagrément, il n’attache pratiquement jamais les deux premiers boutons de la chemise en question, laissant ainsi la peau de son cou respirée librement. Cette dernière est recouverte d’un veston propre noire détaché, allant avec son pantalon propre, noir, juste assez serré. Il porte généralement des espadrilles noires, histoire de ne pas se soucier de milliers de paires de chaussures le matin en allant travailler. Il les porte donc également pour ses sorties entre ami(e)s. Dans ses journées de repos, il porte un simple T-shirt avec des jeans ou des joggings s’il va s’entrainer. Certes, chez lui, il en profite pour rester torse nu lors de ses entraînements de musculation. Il n’a aucun problème de santé présentement, mais il est fumeur et boit régulièrement de l’alcool : « quoi de mieux qu’un bon verre de vin en soirée ? »

CARACTÈRE : Katsuei est un jeune homme s’intéressant à toute forme d’art, et, il faut préciser, pour lui, tout est de l’art : la cuisine, la danse, prendre soin, se dévêtir, bouger, la conscience... Tout. Comme propre art, il met en pratique notamment l’esquisse et l’écriture dans tous les genres (il s’essaie). Certes, il lit beaucoup dans ses quelques temps libres, autant des romans que des bibliographies que des livres a titre informatif. Il est très curieux de nature et adore apprendre. Malheur pour ses étudiantes et étudiants qui reçoivent plus de projet de création et de recherche. Il est autant curieux de découvrir de nouveaux univers, que de nouvelles façons de pensées que de nouveaux corps. Fervent de plaisir charnelle, c’est sa façon de gérer son stress. Il apprécie autant cette forme d’adrénaline que celle que lui procure les sports, notamment lors des compétitions. Il n’est point gêné de faire des avances à ceux qui l’intéressent, étudiant ou non, femme, homme…mais aucune personne se retrouvant dans les deux extrêmes d’âge quand même ! Fleuretant régulièrement, il n’est pas du style à s’attacher par peur des obligations, des restrictions, mais surtout de la séparation. On peut donc le considérer comme infidèle. Il aime sa liberté et en profite au maximum. Même s’il est direct dans ses propos, il n’en est pas moins poli. Il est d’apparence calme et nonchalante, mais adore faire la fête. Katsuei n’adapte que rarement son vocabulaire à son interlocuteur, rendant parfois la conversation difficile. Il n’en reste pas moins une personne ouverte d’esprit, qui aime partager ses savoirs. Il est très sociable et amical avec ses étudiants. Ayant étudier quelques années les sciences pures au lycée, voulant travailler en tant que chirurgien, il cherche une façon, à travers son art, de faire avancer la science, inspirer par les œuvres de Leonardo Da Vinci. Il critique aussi plusieurs théories philosophiques. Il adopte entre-autre le courant de pensée nihilisme de Nietzsche. Autrement dit, il ne vit pas d’espoir, mais de néant : il croit que rien ne peut être une réalité absolue à travers tous ces différents paradigmes existants et qui ne cessent d’augmenter en nombre au fils des années. C’est lorsque le sujet de conversation tombe sur ses sujets d’étude qu’on découvre l’être passionné et bavard qu’il est.


Il était une fois…

Sa mère, Katsura, est décédée d’une hémorragie post-partum suite à son deuxième enfant, Katsuei. Le plus vieux, Masashi, n’avait alors que 2 ans. Dans son innocence d’enfant, il crut que la cause du décès fut son jeune frère, l’accusant à plusieurs reprises d’avoir tué leur mère. Le veuf, Aiji, fit de son mieux pour élever ses deux jeunes garçons sans trop faire ressentir son deuil profond. Travaillant comme chirurgien, il ne se sentit point en capacité d’une extrême concentration pour soigner les personnes dans le besoin. Il prit donc une semaine de vacance, s’occupant de son garçon et de son nourrisson… Prendre soin de ces deux êtres qui lui rappelaient constamment sa défunte femme. Il pleurait toutes les nuits, devenant insomniaque… et peu à peu dépressif. Il retourna malgré tout au travail, engageant une bonne femme pour s’occuper de ses garçons. Aiji en vint à développer une relation intime avec la gardienne. Après quelques mois seulement, elle s’installa dans l’appartement délabré de sa fréquentation. N’ayant point à s’occuper d’un salaire, elle s’occupa de la maison, aimant les deux garçons comme ses propres fils. Elle inclut les enfants dans les rénovations, mais Masashi refusait de travailler avec un meurtrier comme Katsuei… Malgré la relation familiale difficile, la petite famille se débrouillait relativement bien.

Vint le temps pour le plus vieux d’aller à l’école. Il rêvait de devenir un grand chirurgien, comme son père. Rêve partagé par Katsuei également. Ce dernier réussissait, cependant, beaucoup moins bien que son frère. Sujet de moquerie pour Masashi, qui était encouragé par les quelques rires détachés de son père, qui n’avait point l’énergie ni le vouloir d’arranger la situation. Il vécut dans l’espoir que leur relation s’améliorerait avec le temps, en vieillissant.

Contrairement à l’idée d’Aiji, maintenant alcoolique et incapable de garder une femme dans sa vie, la relation entre ses deux fils fut loin de s’améliorer. Katsuei se faisait constamment agacé par son frère et ses amis. Comme moyen de défense, le plus jeune, maintenant âgée de 16 ans, se replia sur lui-même, passant plus de temps en solitaire, étudiant davantage pour arriver à ses fins. Afin de prouver sa valeur, il désirait plus que tout obtenir un meilleur score à l’examen d’entrée à l’université et faire partie d’une meilleure école de médecine que Masashi.

Malheureusement, malgré tous ses efforts, il échoua l’examen, à la grande déception de son père, qui criait maintenant sur tout ce qui bouge. Ayant sa majorité, 19 ans, et maintenant aucun rêve, il erra donc dans les rues du Japon. Il s’installa à une bibliothèque, prenant un livre : un roman. Type de lecture qu’il n’avait jamais osé essayer de peur de se distraire de son but, qui n’existait plus. C’était un roman d’horreur racontant le combat d’une jeune femme contre les ténèbres, un classique quoi. Le bibliothécaire vint le voir plusieurs heures après son arrivé. Il s’assied à côté de lui. Katsuei leva les yeux, regard méchant rempli d’amertume pour cet être qui venait le déranger… à la fin de sa lecture. Mais il avait l’intention d’en lire un autre. L’homme le relooka de la tête aux pieds avant de demander, simplement, d’une voix d’un rare calme : « qu’est-ce qui vous tourmente tant ? » Abasourdi, Katsuei resta bouche-bée. L’inconnu attendit patiemment une réponse, semblant sérieusement intéressé par son histoire. Comme cela pouvait-il être possible ? Après un haussement las des épaules, il raconta à ce bel inconnu, du prénom de Matsuri, tout. De sa jeunesse à aujourd’hui, s’attardant sur quelques anecdotes. Il se mit à pleurer peu de temps après le début de son récit, recevant ainsi les bras chauds de cet être autour de lui, la tête de Katsuei reposant maintenant dans le creux de l’épaule. Il aurait voulu rester comme ça. Toujours. Ne voulant point retourner chez lui, Matsuri lui proposa un drôle d’idée : d’aller chez lui quelques temps, ce qu’il accepta sans la moindre hésitation. Qu’avait-il à perdre de toute façon ? Il se rendit donc chez ce parfait inconnu, sans un appel chez son paternel. Il y resta toute une semaine, baisant, buvant, riant. Une forme de bonheur qu’il n’avait pas gouté jusque-là. Matsuri se trouvait à être peintre en plus de bibliothécaire. De bon cœur, il enseigna à son partenaire ses talents, ses connaissances et ses opinions. Après une longue discussion philosophique, un mois après leur rencontre, Katsuei eut l’idée de retourner obtenir le « Daigakenyugakehigun » et étudier pour devenir enseignant. Enseigner cet art dont lui avait tant vanter son nouvel ami, et qui avait raviver sa flamme de vie. Ce dernier fut surpris, croyant, sur le moment, que ce n’était que des paroles en l’air. À la recherche d’une raison de vivre, Katsuei était très sérieux. Il était convaincu qu’il devait sortir complétement de son ancienne vie pour découvrir qui il était, son vrai lui, celui qu’il était devenu depuis sa rencontre avec Matsuri… et mieux encore. C’est ainsi qu’en Mars, juste avant ses 20 ans, il passa l’examen d’entrée pour le programme en enseignement. Ayant des réserves monétaires, ils parvinrent à payer loyer, nourriture et université. Par contre, contrairement à son dernier échec, cette entreprise fut couronnée de succès.

Ayant entendu parlé de la création de MS-Town, Katsuei voulut déménager dans cette région, offrant ainsi ses services et ses connaissances à une toute nouvelle clientèle et à une nouvelle vision qui fonctionnerait peut-être mieux que celle déjà mise en place, qui ne protégeait aucunement les citoyens. De toute façon, tout n’était qu’une question de perception. À sa grande déception, Matsuri refusa de le suivre. Il l’encouragea à vivre les expériences dont ils avaient de besoin ; tout comme son passage dans la vie de l’homme qui l’avait abordé il y a de cela 4 ans. Malgré le déchirement que lui causait sa séparation, il avait hâte de quitter cette ville qui renfermait tout son passé et où vivait encore ceux de même sang que lui.

La journée du déménagement, le 20 Juin 2040, à l’âge de 23 ans, 13h50, il descendit ses dernières boites pour les emporter à sa voiture. Il regarda vers le ciel, ayant une dernière pensée pour sa mère avant d’aller embrasser sa nouvelle vie.

Se refusant de quitter sans avoir au moins une petite idée de l’endroit où il se rendait, il avait appris à propos de la légalisation de l’esclavage. Vivant d’expériences nouvelles, il avait une malicieuse envi d’en avoir un. Comment cela allait-il se passer de rencontrer quelqu’un psychologiquement complexe et détruit… Est-ce que cela aurait un effet semblable que l’effet qu’eu Matsuri sur lui. Avec gentillesse, peut-être. Avait-il seulement réellement envi d’être gentil. Une amitié avec un être inférieur… Au fond, réellement et concrètement, qu’était-ce une classe sociale ? Une forme de prestige, une forme de dominance, une puissance financière ? Ces questions roulèrent dans sa tête endolorie par la fatigue. Ayant un chauffeur, il se permit de dormir pendant le trajet.

Au cours de ses 5 années de vie à MS-Town, Katsuei s’est adapté à la vie confortable et aisé de sa résidence et de son milieu de travail. Après réflexion et curiosité, il voulut expérimenter la vie à deux, trois ou quatre, pourquoi pas ? Autrement dit, expérimenter l’achat de marchandise humaine : l’esclavage.




Un peu plus sur vous…

PSEUDO • ÂGE : Jess • 22 ans  
OÙ AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM ? Suggestion d'un des membres actuels du forum
VOTRE AVIS SUR LE FORUM ? J'aime beaucoup l'organisation et le design! 19/20
LIEN(S) DE VOTRE PERSONNAGE :
QUELQUE CHOSE À AJOUTER ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Shuhan
Admin
Admin
avatar

Date d'inscription : 04/02/2011
Messages : 1873
Orientation sexuelle : Assexué
Caractère : Fort

MessageSujet: Re: Katsuei Ishii [Maître]   Mar 31 Jan 2017, 20:52


Bonsoir.

Tout me semble correct, je peux donc te valider !
Je t'invite à prendre connaissance des petites annonces afin que tu puisses trouver ton bonheur. Et je t'invite également à faire ta fiche parcours.

Ton appartement se situe au N°10 des Résidences Winderlyn.

Je te souhaite un bon jeu parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://master-soumisv2.forumactif.com/ En ligne
 
Katsuei Ishii [Maître]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un casse pour deux [PV Ishii]
» Ishii apprend le métier
» Aoki D. Ishii [En cours]
» Aoki G. Ishii : un pirate libre ! [En cours]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master-soumis V2 :: • Formalités de séjour • :: Fiches d'état civil & Parcours :: Cartes de séjour validées :: Cartes de séjour Maîtres(ses)-
Sauter vers: