2045. MS-Town. Maître/sses, Esclaves, Hybrides ou simples Résident/es. Qui serez-vous?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Yukiya Kotori { P'tit Oiseau Mâle }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yukiya Kotori
Pet mâle
Pet mâle


Date d'inscription : 27/08/2010
Messages : 5
Orientation sexuelle : Ignore son orientation
Caractère : Faible
Esclave/Pet de : Kyouya Ootori

MessageSujet: Yukiya Kotori { P'tit Oiseau Mâle }   Sam 28 Aoû 2010, 07:14



Yukiya Kotori




Nom : Kotori {petit oiseau}
Prénom : Yukiya
Surnom : On l'appelle souvent Yuki {neige} ou Yuya.
Âge : 18 ans
Nationalité : Né en Arctique, on lui a fait adopter la nationalité japonaise à son arrivée ici.
Race : Mi-Humain, mi-Harfang des neiges
Orientation Sexuelle : Il l'ignore. Mais on le supposera homosexuel car il connaît très peu les femmes et se sent donc plus à l'aise avec les hommes, du moins la plupart du temps.

Feat : Ayase Yukiya
Manga :Okane Ga Nai {No Money}





Ce que je vois dans le miroir

☆ Si on devait définir le physique de Yukiya en un mot ce serait "pur". Pur par sa finesse de corps et de visage. Pur aussi par la couleur de sa peau très pâle et délicate, aussi douce au toucher qu'une peau de bébé et si fine que la moindre petite blessure s'y imprime profondément. Pur, enfin, par la couleur de ses ailes et de celle, étrangement irisée, de ses cheveux. Dans un effet voulu lors de sa conception in vitro, ils sont d'un blond très clair aux reflets changeant selon la lumière, donnant l'illusion d'être parfois rosés, bleutés ou violacés et se rapprochent de la couleur de la neige éclairée par les astres du jour ou de la nuit. Mi-longs également, ils lui retombent doucement sur le nez et sur la nuque en mèches légères et aériennes.
Du haut de ses 1m54 pour 45 kilos tout mouillé, Yukiya a toujours eu un corps d'une finesse extrême, souple et svelte, lui donnant une apparence très androgyne qui a souvent conduit à ce qu'il y ait méprise sur son sexe (le peu de personnes qu'il a rencontrées en dehors des chercheurs du laboratoire ont souvent fait l'erreur de croire qu'il était une fille). Cette particularité aurait d'ailleurs tendance à beaucoup lui attirer les faveurs des hommes qu'ils soient homosexuels ou non. Aussi, ses membres déliés, ses hanches très étroites et ses longues et fines mains aux doigts agiles, lui donne un peu l'allure fragile d'un "enfant" grandit trop vite plutôt que d'un adolescent déjà majeur.
Contrairement aux nekos, ses oreilles sont tout ce qu'il y a de plus humaines du point de vue apparence mais elles sont dotées de l'ouïe très développée des oiseaux chasseurs. Son visage est d'un doux ovale s'affinant au niveau de son menton peu marqué et ne présente à première vue aucune imperfection. Ses grands yeux ont la même teinte mordorée que ceux des harfangs, mais se parent quelques fois de reflets d'un bleu pâle rappelant les océans glacés baignés de soleil, tels ceux de sa mère génétique. Ils sont le plus souvent emplis d'une innocence douce et mélancolique, presque perpétuellement craintive et à l'affût du moindre mouvement, mais reflétant très fréquemment aussi sa curiosité pour tout ce qui l'entoure et en particulier pour les personnes qui gravitent autour de lui. Cette douceur infinie, distante et proche à la fois, se trouve renforcée quand un tendre sourire se dessine sur ses jolies petites lèvres roses, surplombées par un nez aquilin aux lignes courbes et relevé en trompette, apportant une touche adorable à l'ensemble.
Ses deux ailes, rattachées à son dos juste au dessous de chacune de ses omoplates, de chaque côté de la ligne de sa colonne vertébrale, sont de taille moyenne par rapport à son corps bien qu'elles atteignent la taille des ailes d'un Harfang des neiges mâle adulte - soit quand elles sont déployées, environ 165 centimètres d'envergure - et sont d'une blancheur immaculée, tout comme celles des mâles harfangs (les femelles ayant quant à elles des fines taches brunes sur leur plumage), avec de légers reflets bleutés ou rosés selon la lumière. Elles sont recouvertes de plumes fines et douces, duveteuses et presque floconneuses car très bien adaptées pour le tenir au chaud en le protégeant du froid, environnement dans lequel il se sent le mieux.
Seule autre caractéristique physique particulière, son corps est imberbe de toute marque excepté un petit tatouage d'identification fait par l'initiative des scientifiques, placé sur son bassin à droite de son bas-ventre plat, et représentant les kanjis japonais de ses nom et prénom : ils signifient en abrégé "Petit Oiseau de la Vallée des Neiges".
Enfin, Yukiya n'est pas difficile question vestimentaire par rapport à ses goûts personnels, puisque généralement il ne souhaite porter que du blanc ou des couleurs très claires. Par contre, concernant les hauts dont il s'habille, ils nécessitent une coupe particulière à cause de ses ailes. Ils doivent donc soit être ouverts complètement - ou presque - dans le dos, soit disposer d'ouvertures permettant de passer ses ailes duveteuses. Bien entendu, le plus simple serait qu'il ne porte rien du tout et reste torse nu...






Ce qui se passe dans ma tête

☆ D'une nature très calme et sensible, timide, silencieux et craintif, Yukiya a beaucoup hérité sur ce point de vue là des caractéristiques psychologiques des Harfangs des neiges, oiseaux solitaires et discrets. Doux et obéissant, il ne parle que très peu et en général rarement de sa propre initiative : il ne le fait que quand on le lui demande, sauf s'il apprécie la personne, et encore il se débrouille pour ne dire que le strict nécessaire dans la mesure du possible. Il ne se met à vraiment communiquer avec les gens que lorsqu'il se sent en confiance et pas menacé. Mais quand il s'exprime c'est d'une manière sincère, douce et correcte bien qu'un peu hésitante sur la formulation. Le reste du temps il communique surtout par son attitude, les mouvements de ses ailes et de son corps, son regard, les expressions de son visage et ses quelques doux sourires, rares et donnés avec parcimonie mais toujours francs, ce qui lui donne une attitude parfaitement adorable selon ceux qui le connaissent.
Il est généralement très soumis envers les personnes qui s'occupent bien de lui et obéit sans trop rechigner aux ordres, de quelque type qu'ils soient... du moins c'est ce qu'il s'est efforcé de faire jusqu'à présent car ayant toujours vécu aux dépends de quelqu'un il serait sans doute incapable de se débrouiller seul dans le monde et il en éprouve donc la peur incontrôlable d'être abandonné si jamais son "maître" n'est pas satisfait de lui. Il fera alors toujours en sorte d'accéder aux moindres désirs de l'homme qui le prendra avec lui, même si jusqu'à présent les hommes du centre de recherches ne se sont pas intéressés au domaine sexuel de son cas... il est encore vierge et ne connaît pour ainsi dire rien aux choses du sexe.
De par son existence, confinée à l'isolement, et de par la perte des personnes qui lui étaient chères dans la colonie arctique, il a toujours eu tendance à pleurer facilement mais il ne le fait si possible que lorsqu'il est seul. Il est aussi resté étonnamment d'une parfaite innocence à l'état sauvage et, en plus du fait qu'il a parfois des réactions très enfantines et imprévisibles, il ne semble pas vraiment s'intégrer psychologiquement au monde des vrais humains qui l'entourent : on lui a bien appris la différence entre eux et les pets comme lui, et il ne fait donc qu'accepter les choses telles qu'elles sont. Il cherche malgré tout à comprendre pourquoi elles arrivent et se pose donc beaucoup de questions sur ce nouveau "monde" dans lequel il vient de débarquer et qu'il découvrira sans doute avec l'aide de son futur maître si celui-ci est assez doux et patient pour lui apprendre. Si par contre il est acheté par un homme indifférent à ce qu'il peut penser, qui ne suit que ses désirs sans tenir compte des siens, il adoptera sans doute une attitude passive, se laissant simplement diriger par lui, peu importe ce qu'il demandera.






Ce qu'a été ma vie jusqu'ici

☆ Comment raconter la vie de ce petit être si particulier, par où commencer? Sans doute un peu avant sa naissance, en parlant du lancement d'une expédition destinée à la création d'un laboratoire de recherche en pleine Toundra Arctique, dans la partie la plus septentrionale du Québec. C'est une chose presque courante de nos jours où l'étude des régions peu fréquentées par l'homme à cause du climat difficile est devenu une des priorités scientifiques. Surtout quand la personne dirigeant l'expédition est un homme avide de savoir et de découvertes, passionné par la nature et son évolution naturelle, mais également par l'évolution que l'homme peut créer artificiellement avec la génétique. Et c'est en apprenant l'existence des premiers pets qu'il eu l'idée de créer de nouveaux "spécimens" à partir d'animaux protégés ou en voie d'extinction. C'est donc ainsi que ce japonais, Tsuki Kurano, accompagné de toute une équipe de chercheurs et de scientifiques ainsi que de sa femme, Ame Kurano, débarqua dans la plaine arctique avec un matériel technologique impressionnant pour emménager dans les locaux prévus à cet effet qui avaient été construits quelques semaines plus tôt.

Le temps de travail des six premiers mois fut principalement comblé par les prélèvements effectués sur la faune habitant dans cette contrée, les animaux les plus ciblés étant ceux d'origine inconnue ou peu courante encore chez les pets : en majorité des oiseaux, quelques rongeurs et autres lapins. Bien sûr, les jours passant, la vie dans le centre de recherche suivait son cours et c'est le plus naturellement du monde que la vie du couple Kurano se vit annoncer une nouvelle merveilleuse pour eux deux : la jeune et belle Ame était enceinte de deux mois. La nouvelle se répandit parmi tous les habitants de cette petite colonie provisoirement installée dans le grand froid et c'est dans la joie et la bonne humeur que la suite des recherches organisées par le professeur Kurano se fit, oscillant entre les nouvelles données prélevées dans la natures, les premiers essais de fusion entre des cellules humaines et animales, mais également le suivi de la grossesse tant désirée de son épouse.

Seulement, qui dit arctique dit bien entendu froid et même la plupart du temps, froid extrême... or, de nature fragile, Ame avait énormément de mal à se faire à cette vie continuellement emmitouflée dans de lourds et chauds vêtements mais qui dans son état ne la protégeaient pas assez de la température trop basse pour elle, l'affaiblissant chaque jour un peu plus. Son mari s'en inquiétant énormément, les recherches furent mises en pause, ou plutôt continuèrent mais de manière ralentie, afin qu'il puisse consacrer plus de temps à sa femme et à leur futur enfant qui était prévu pour naître 3 mois et demi plus tard. Pourtant malgré tous les efforts conjugués du professeur et des médecins qui travaillaient dans le centre, Ame continuait de perdre des forces, dormant presque tout le temps et se nourrissant très peu sans qu'aucun des médecins à son chevet ne comprenne ce qu'elle avait exactement... à tel point que son mari décida de la renvoyer chez eux avec une kyrielle de docteurs et de femmes soignantes pour s'occuper d'elle quand elle serait rentrée dans le meilleur hôpital possible.

Malheureusement, deux jours avant le départ prévu, son état s'aggrava et elle fut prise de contractions de plus en plus violentes, signe d'un accouchement prématuré, son organisme ne pouvant continuer à travailler pour deux, elle et l'enfant. Ce fut sans doute la nuit la plus atroce pour le professeur et sa femme, elle souffrant le martyre jusqu'à finalement perdre connaissance, tombant dans un coma profond après avoir donné naissance à un bébé mort né... et lui, anéantit par l'état de sa chère épouse et la perte de l'espoir d'avoir un jour un enfant. Complètement déboussolé par ces événements, le professeur Kurano s'enferma pendant plusieurs semaines dans ce qui lui servait de chambre, délaissant les recherches sur la génétique des pets et laissant aux docteurs le soin de s'occuper de sa femme toujours "endormie".

Au bout de ce laps de temps considérable, les chercheurs du centre le virent sortir soudainement, presque méconnaissable avec sa barbe qu'il n'avait pas rasée depuis toutes ces semaines d'isolation, le regard légèrement trouble et ses idées l'étant encore plus quand il leur annonça qu'il avait trouvé un nouveau moyen de créer leurs "pets originaux" : il avait comme projet la création d'un spécimen aussi pur physiquement que psychologiquement. D'abord intrigués puis intéressés, bien que surpris par cette idée de manipulation ou en quelques sorte programmation de l'esprit avant même la naissance, tous les chercheurs et scientifiques se lancèrent dans le projet avec Tsuki tenant les reines et les guidant sur la voie qu'il avait imaginée... mais ce qu'il ne leur avait pas dit c'est qu'il voulait faire de ce spécimen une partie de lui-même. Un combiné de lui et de sa si douce Ame, semble-t-il condamnée à dormir jusqu'à la mort physique de son corps. Et pour cela il avait dans l'intention de prélever sur lui et sa femme de quoi créer un bébé éprouvette, combiné aux cellules génétiquement modifiées - avec les informations qu'il voulait intégrées à la future psychologie du pet - d'un des animaux habitués au froid de cette région, afin de ne pas se voir reproduire sous ses yeux la perte qu'il avait connue avec son épouse...

Ainsi neuf mois plus tard, à la mi-décembre où le froid et la nuit sont à leur paroxysme, libéré enfin de son carcan de verre et de liquide amniotique synthétique dans lequel il avait pris forme, naquit un bébé aussi pâle, silencieux et doux que l'infinité neigeuse qui entourait le centre. Tous étaient époustouflés devant cette petite merveille qui, en plus de ses bras, jambes, visage et corps humain parfaitement proportionnés, possédait deux toutes petites ailes du blanc le plus pur, recouvertes du doux duvet des oisillons. Une réussite totale qui les combla de joie et les conforta dans leur entreprise de créer de nouveaux pets de ce genre... mais le professeur Kurano s'y opposa formellement. En effet, il voulait que son "enfant" reste unique et le seul de son genre afin que la vie s'échappant chaque jour un peu plus de lui et du corps inconscient de sa femme soit en quelque sorte poursuivie dans le corps de ce petit être qui ne ressemblait à nul autre. Cette décision, bien entendu, n'enchanta absolument pas les personnes qui avaient financé cette expédition en déboursant des millions... des milliards de yens plutôt. Mais par respect pour Kurano et sa femme, ils acceptèrent de patienter quelques temps et d'alors plus concentrer leurs recherches sur l'étude du petit spécimen et sur la façon dont il évoluait vis-à-vis de ce qui avait du être "programmé" comme comportement social dans son code génétique avant sa naissance.

C'est ainsi que dès son éveil, lorsqu'il ouvrit ses grand yeux à la couleur glacée pour la première fois, l'enfant ne vit que la pâle lumière des néons qui servaient d'éclairage dans le centre perdu au milieu de l'hiver blanc... c'est d'ailleurs cette situation géographique et la race de l'animal dont il était issu qui lui ont valu son prénom et son "nom de famille" si on peut appeler cela ainsi, mais qui était plus un nom codé destiné à être inscrit dans les dossier d'archives : Yuki signifiant en japonais “neige“ est devenu Yukiya car le professeur voulait rajouter le "A" du prénom de sa femme, Ame. Kotori signifie “petit oiseau“ en référence à ses ailes de harfang et à sa petite taille. Il fut par la suite élevé principalement par les chercheurs et les scientifiques du centre et du laboratoire, se soumettant à leurs tests sans rien dire, tel un véritable petit cobaye docile, tout à fait comme ils l'avaient voulu, mais également silencieux... et ça par contre ça n'avait pas été désiré. Le jeune hybride ne commença donc à parler le langage humain qu'à l'âge de 8 ans et demi, à force de persévérance et avec l'aide de l'un des chercheurs qui s'était mis à s'occuper de lui plus particulièrement, en remplacement de son "père" trop souvent atteint de crises de mélancolie face à la vision de sa femme toujours comateuse. Yukiya s'attacha énormément à cet homme qui prenait soin de lui et qui avait également été le premier qu'il avait vu à son éveil au monde, développant ainsi ce début de confiance et de préférence qu'il aura plus tard à l'égard des hommes en général, au détriment des femmes, peu nombreuses dans la colonie. Sans que l'enfant aux petites ailes ne sache ni ne comprenne pourquoi, cet homme semblait le trouver extraordinaire et lui portait une attention non dissimulée qui le conduisit ainsi à s'appliquer pour lui apprendre à communiquer avec lui de manière plus "verbale" que les habituels gestes des mains et des ailes, les expressions de visage que Yukiya utilisait comme langage.

Quand le jeune hybride eu 11 ans, malheureusement, l'état de son père génétique s'était encore aggravé et les ressources budgétaires des sponsors vinrent à manquer : le professeur se refusait à envoyer toute information concernant le jeune Yukiya car il ne voulait pas que son enfant, celui qu'il considérait comme le sien et celui de sa femme, soit encore un sujet d'expérience pour des étrangers ne comprenant pas et ne portant aucune considération à la douleur et à l'amour paternel qu'il ressentait au plus profond de lui chaque fois qu'il posait les yeux sur ce petit être ressemblant tant à sa mère, par ses yeux si particuliers, la finesse des traits de son visage et de son corps... Or ce refus de partage des informations provoqua le mécontentement des commanditaires de l'expédition qui coupèrent alors tous les rationnements et le centre de recherche mit peu de temps avant d'être fermé définitivement : les chercheurs et scientifiques furent renvoyés, le professeur Kurano envoyé en hôpital pour cause de dépression et la jeune épouse, en centre spécialisé pour les cas désespérés qui n'avaient que peu de chances de se réveiller... quant au jeune Yukiya, il fut récupéré et conduit à un autre laboratoire de recherche afin de compléter les données le concernant et d'approfondir l'étude de son comportement avec les humains. Ils voulaient en effet vérifier qu'il pourrait être "commercialisable" à la vente en boutique de pets.

Ces données furent alors collectées jusqu'à ses 18 ans, et il n'y a pas grand chose d'autre à décrire sur ce que ce jeune pet a pu vivre durant tout ce temps, son existence se résumant à un isolement quasi total, sans contact avec d'autres hybrides ou humains, hormis les scientifiques effectuant sur lui les divers tests censés déterminer ses capacités et aptitudes. Ainsi, Yukiya a beau avoir être majeur, ce mode de vie a causé un profond décalage en comparaison d'autres adolescents de cet âge et son comportement est beaucoup plus proche de celui d'un enfant ne connaissant absolument rien à la vie extérieure. Malgré tout, les responsables du projet conclurent finalement que le plus important et valorisant dans son éducation était son obéissance apparente aux moindres ordres, quelles que soient les situations, malgré sa peur quasi permanente lorsqu'il se trouvait en face d'inconnus. Et ils se dirent également que concernant cet aspect de la question, cela s'arrangerait sûrement avec le temps qu'il passerait près de son futur maître. Lorsque le programme toucha à sa fin, ils firent donc l'essai de transporter le jeune garçon ailé, sans tenir compte de ses peurs face au monde, afin d'aller le mettre en vente, à un prix exorbitant bien entendu, en raison de sa rareté... Quelques heures plus tard, le petit "ange" était vendu à prix coûtant à un jeune russe qui devint alors son premier maître.

Douceur et étrangeté remplirent les premiers temps de leur cohabitation, affectant profondément le jeune hybride qui croyait naïvement goûter enfin à une vie moins solitaire, emplie de tendresse, de découvertes, effrayante par moments dans sa nouveauté et de par le caractère trouble du jeune homme qui l'avait acheté... Malheureusement, la situation changea bien trop rapidement et sans vraiment réaliser comment tout cela était arrivé, son maître avait disparu. De nouveau seul, Yukiya fut incapable de continuer à vivre sans quelqu'un pour l'y aider : il ne connaissait absolument rien des lois de cette ville, de la valeur de l'argent permettant d'acheter nourriture et soins, et en quelques jours à peine il se retrouva livré à la vente de pets, aussi surpris que le propriétaire de la fourrière lorsque ce dernier se rendit compte que le jeune hybride qu'on venait de lui livrer n'était autre que ce petit ange qu'il avait déjà vendu quelques semaines auparavant...



Qui est derrière l'écran ?

Pseudo • Âge : Chat • Les chats n'ont pas vraiment d'âge puisqu'ils ont 9 vies, c'est bien connu !
Où avez vous trouvé le forum : Quelqu'un l'a soufflé à mon oreille... depuis l'ancien master.
Votre avis sur le forum ? Miii.
Lien de votre personnage avec un autre personnage du forum ? Le maître de ma p'tite bête à plumes je présume ?
Quelque chose à ajouter ? Rien en tête.

© Sinn & Me


. . . . . . . . . .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Uyoku
Admin
Admin


Date d'inscription : 30/05/2010
Messages : 1166
Orientation sexuelle : Assexué
Caractère : Fort
Maitre de : Ce monde ~
Esclave/Pet de : Ma fonction.

MessageSujet: Re: Yukiya Kotori { P'tit Oiseau Mâle }   Dim 29 Aoû 2010, 19:28

    Bonjour et rebienvenue Yukiya!

    C'est parfait, je te valide de ce pas ^^

. . . . . . . . . .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://master-soumisv2.forumactif.com
 
Yukiya Kotori { P'tit Oiseau Mâle }
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le chasseur et le petit oiseau [Pv Kotori]
» Un oiseau qui chante....
» L'oiseau messager
» Deux oiseau etrange(PV Duscisio)
» L'eclosion d'un oiseau, pourtant déja si loin du nid.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master-soumis V2 :: • Formalités de séjour • :: Fiches d'état civil & Parcours :: Cartes de séjour validées :: Cartes de séjour Pets-
Sauter vers: