2045. MS-Town. Maître/sses, Esclaves, Hybrides ou simples Résident/es. Qui serez-vous?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Seyriu Wanabe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seyriu Wanabe
Maître
Maître


Date d'inscription : 06/08/2010
Messages : 26
Age : 35
Orientation sexuelle : Homosexuel ambivalent
Caractère : Fort
Métiers : Journaliste
Complément Métier : Cinématographique
Maitre de : Keisuke Obayashi
Esclave/Pet de : ....

MessageSujet: Seyriu Wanabe   Mar 17 Aoû 2010, 09:21


Eiri Yuki --> Gravitation

•••Carte d'Identité
Nom : Wanabe
Prénom : Seyriu
Âge : 25 ans
Nationalité : Japonaise/Anglaise
Niveau Social : Riche
Métier: Journaliste cinématographique
Orientation Sexuelle: Homosexuel ambivalent


•••Présentation
Physique : Seyriu mesure un mètre 75 pour 70 kg. Il n'est pas trop musclé, mais il prend quand même soin de son corps. Il n'est pas du genre à faire de la musculation ou du sport, mais il se débrouille comme il peut. Il a des cheveux blonds, coupés assez court avec plusieurs mèches qui tombent sur son front. Ses mèches cache son regard, parce qu'il n'aime pas qu'on voit se que ses yeux exprime, puisque ce n'est que douleur. Il a des yeux bleu, un regard perçant qui plait beaucoup aux hommes et aux femmes, même s'il fiche. Il a une cicatrice sur son bras droit qu'il cache tout le temps pour que personne ne la voit. Elle le fait souffrir quand il y a du mauvais temps ou bien qu'il pleut. Il a un tatouage dans le bas du dos qu'il a fait il n'y a pas longtemps. Il représente un ange en pleure, se qui le représente bien.
Pour les vêtements il n'ait pas très compliqué. Il aime bien les jeans et les chemises, surtout blanche, même si des fois ca lui arrive de s'habille entièrement en noir. Il aime être classe, mais sans en faire trop. Chez lui, il ne se prend pas la tête, passant la plus part de son temps pieds nus, pour se sentir libre. Seyriu depuis qu'il est tout seul à commencer à fumer. Il ne fume pas beaucoup mais cela le calme dès qu'il ne se sent pas bien. Par contre, il ne boit pas et il ne supporte pas que les gens puissent le faire, il sait très bien le mal que ca peut faire.
Caractère : Seyriu était un ange avant. Un homme qui ne se prenait jamais la tête et qui faisait tout pour faire rire les gens, mais tout à bien changer. Maintenant, c'est un homme froid, qui n'aime pas parler aux gens et encore moins s'attacher à eux. Il a trop souffert et il n'arrive plus à faire confiance aux gens. Il préfère la solitude, même si elle lui pèse depuis des mois, mais il n'arrive plus à trouver le courage d'aller acheter un esclave ni même d'avoir des amis. Pourtant il sait très bien que c'est mauvais pour lui mais il préfère s'occuper de son travail, comme ca il ne pense pas à autre chose.
Seyriu n'est pas vraiment se qu'on peut appeler quelqu'un de pervers. Depuis son premier amour, il n'a jamais plus couché avec quelqu'un et il ne sort pas les nuits pour allez trouver un homme. Il préfère attendre de trouver la bonne personne pour le faire, plutôt que de s'offrir à quelqu'un qui finira par lui briser le cœur. Pareil pour l'amour, il n'y croit plus du tout, il n'a plus envie d'aimer quelqu'un pour le moment. Il pourrait se montrer possessif si cela arrivait, mais il ne serait pas non plus du genre à faire des scandales, sachant très bien le mal que ca pourrait faire.
Pourtant malgré cette froideur qui le caractérise, Seyriu est quelqu'un qui peut se montrer gentil avec les gens, qui aimerait redevenir comme avant mais qui n'en trouve pas le courage après tout se qu'on lui a fait. Il a du mal à parler de sa vie, surtout avant qu'il ne soit dans cette ville, et il ne veut surtout pas parler de son père. Il lui a trop fait de mal pour qu'il ait envie de parler de cet homme ignoble et qu'on puisse penser qu'un jour il sera comme cet homme qu'il hait tant.


•••Il était une fois ...
Commençons par le début. Nous avons le père, William, un chef d'entreprise. Originaire de Scotland Yard, il avait plutôt bien réussit dans les affaires, et était devenu milliardaire. Il habitait un magnifique manoir avec sa jeune épouse, Yukito. Elle était originaire de Kyoto, mais elle était venue en Anglettere pour des études, qui ont finit par un mariage avec un jeune homme bien sous tout rapport. Ils firent un grand mariage dans la plus pur tradition japonaise puisque Yukito y tenait vraiment ainsi que sa famille.

Un an après leur mariage, vînt au monde leur premier bébé, Alfred. Un garçon adorable qui passait la plupart de son temps à dormir. Yukito n'avait donc pas de mal avec lui et elle pouvait s'occuper des tâches ménagères. Pourtant ils avaient une femme de ménage mais elle n'arrivait pas à rester sans rien faire, c'était comme ca que sa mère l'avait élevé après tout. Un an plus tard, vînt au monde une petite fille, Sarah. Une petite peste, qui pleurait tout le temps, mais William et Yukito était vraiment très heureux de les avoir.

Yukito avait une grande famille mais elle voulait créer la sienne, et donc avoir plein d'enfants. Elle continua de s'occuper d'eux, pour éviter qu'ils ne soient en manque d'amour, vu que leur papa n'était pas souvent à la maison. Les enfants étaient heureux ainsi, même si la fillette faisait les pires bêtises, surtout quand elle commença à apprendre à marcher. Yukito tomba une nouvelle fois enceinte, à croire qu'elle ne voulait pas s'arrêter. Se fût une autre petite fille qui vînt au monde, Chisato. Yukito, elle était aux anges, mais son mari commençait à se demander si ca ne faisait pas trop.

Ils avaient déjà trois enfants, et il n'avait pas le temps de s'en occuper, alors il fallait que tout ca s'arrête. William voulait en parler à sa femme mais en voyant le sourire qu'elle avait quand elle s'occupait de ces enfants, il ne trouvait pas le courage de le faire. Si elle était heureuse ainsi, pourquoi la priver de son plaisir ? Il continua donc de travailler dur pour que sa petite famille ne soit jamais en manque de rien, pendant que sa femme s'occupait des trois enfants, elle n'avait pas besoin de travailler vu que William était très riche.

Tout se passait bien dans cette petite famille, jusqu'à se que Yukito tombe de nouveau enceinte. Alfred avait déjà dix ans, Sarah en avait neuf, et Chisato en avait cinq. Se fût une surprise pour tout le monde, puisque le médecin avait annoncé à Yukito qu'elle ne pourrait plus jamais avoir de bébé, suite à une complication à la naissance de Chisato. Pour Yukito se fût un miracle et elle fût très heureuse quand on lui annonça un nouveau bébé, mais William était beaucoup moins heureux. Il n'avait pas envie d'un nouveau bébé mais sa femme était heureuse, c'était le plus important.

Mais à la naissance du bébé, William commença à trouver l'idée moins intéressante. Yukito passait tout son temps avec Seyriu, vu que c'était un petit garçon et qu'ils l'avaient appelé comme ca. Elle s'occupait des autres enfants aussi mais elle n'avait plus le temps pour s'occuper de son mari. Un bébé, ca donne beaucoup de travail, alors elle préférait s'occuper de son petit miracle, plutôt que de donner du plaisir à son mari. William, ne supportant plus tout ca, commença à boire avant de tromper sa femme avec une fille de son travail.

C'était sa secrétaire, rien de plus banal, mais au moins, elle lui donnait se qu'il voulait. Yukito finit par l'apprendre, mais elle le laissa faire, si ca l'amusait après tout. Puis ca faisait longtemps qu'elle ne désirait plus son mari, pour elle s'était devenus une routine de couché avec lui, alors autant qu'il aille voir ailleurs. Elle se disait que c'était le mieux pour sa famille, jusqu'à se que William commence à frapper les enfants. Il commença par Alfred, qui avait fait tombé un vase sans le faire express, alors il le frappa pour le punir.

Yukito n'aimait pas ca, et elle le dit à son mari, mais la seule chose qu'il trouva à faire, se fût de la frapper elle aussi. Plus il buvait, et plus il frappait ces enfants, que sa soit Alfred, Sarah ou bien Chisato, pour n'importe quoi. Parce qu'ils criaient trop forts, parce qu'ils courraient dans le manoir, ou bien simplement parce qu'il avait perdu un contrat, alors il passait ces nerfs sur ces enfants. Puis, ce fût au tour de Seyriu quand il commença à avoir cinq ans. Alfred et Sarah avaient quinze et quatorze ans, ils se défendaient mais les deux plus jeunes avaient plus de mal à le faire.

William frappait Seyriu bien plus fort, en lui disant que tout était de sa faute, qu'il n'était pas un miracle mais une malédiction. Seyriu ne comprenait pas pourquoi c'était de sa faute puisqu'il n'avait rien fait lui, mais il finit par accepter se que son père faisait. Il ne pleurait même plus, alors que Chisaro, elle, continuait de pleurer, même si elle était plus vieille que Seyriu. A l'école, on voyait bien que les enfants avaient des bleu ou bien qu'ils avaient mal au bras ou à la jambe, mais jamais personne ne fit quelque chose.

A croire qu'ils avaient bien trop peur de William ou bien qu'il les payait pour qu'ils restent en dehors de tout ca. Les enfants vivaient dans une crainte perpétuelle, et ils avaient peur de rentrer chez eux, mais ils n'avaient pas le choix. Des fois, en pleine nuit, ils écoutaient leur mère criait et pleurer, ils savaient très bien se que tout cela signifiait. Leur père était encore saoul et il frappait leur mère, qui acceptait tout sans rien dire. Quand Alfred eût dix huit, il partit du manoir, voulant échapper à tout prix à toute cette histoire mais cela lui faisait mal.

Il laissait derrière lui son frère et ses sœurs, face à un tyran qui les frapperait tout les soirs, mais il n'avait pas vraiment d'autre choix. Un jour, alors que son père était au travail, il essaya de parler avec sa mère, mais il n'arrivait pas à lui faire entendre raison, alors il décida par lui même à faire quelque chose. Si sa mère ne voulait rien faire, et bien il allait le faire lui même. Il se débrouilla pour travailler un travail tout en allant voir un avocat pour savoir se qu'il pouvait faire pour son frère et sa sœur.

L'avocat lui apprit que sa sœur, Sarah pouvait se faire émanciper vu qu'elle allait bientôt avoir dix huit ans, mais que pour les deux autres sa serait plus compliques. Il pouvait toujours essayer de se déclarer tuteur légal, en disant qu'il y avait danger pour Chisato et Seyriu, mais qu'il ne gagnerait pas le procès, puisque son père avait bien plus d'argent que lui, et aussi parce qu'il vivait dans un tout petit appartement. Ca n'était pas assez grand pour accueillir autant de personnes, alors Alfred chercha d'autre moyens pour les faire échapper à cet enfant.

Sarah, un mois avant ces dix huit se fît émanciper avec l'aide de l'avocat et elle partit vivre chez Alfred. Elle trouva un travail, mais ils continuaient tout les deux à chercher un moyen pour sauver leur frère et leur sœur. Chisato et Seyriu, eux vivaient un enfer quotidien, fait de cris, de larmes, et de coups. Alors dès que leur père rentrait, ils trouvaient une excuse pour sortir, disant qu'ils devaient allez chez un ami pour faire leur devoir, mais ils savaient très bien que du coup, sa serait leur mère qui prendrait.

Seyriu avait bien vite comprit que malgré tout se qu'il pourrait faire pour rendre son père fier de lui ne servirait à rien. Seyriu était bien plus intelligent de lui, et cela énervait William qui n'avait pas fait de grandes études. A chaque fois que Seyriu revenait avec son bulletin scolaire, il était tout heureux de le montrer à sa mère qui le félicitait, tandis que son père l'insultait. Il passait son temps à dire que ca n'était pas un fils qu'il avait mais un livre, ou bien une gonzesse. Ca pouvait même être pire quand il était encore plus saoul.

A ces dix huit ans, Chisato partit de la maison pour rejoindre son frère et sa sœur, trouvant elle aussi un travail pour pouvoir survivre mais du coup, il ne restait plus que Seyriu fasse à son père. Et se fût de pire en pire. Seyriu finit même par ne plus faire attention à se que disait son père, l'ignorant complètement quand il l'insultait. Cela lui valait quelques claques mais Seyriu continuait son petit jeu. Ce qui était étrange avec Seyriu, c'est que malgré tout se que son père lui faisait, il continuait de sourire.

A l'école il trouvait ca même étrange, parce que malgré les bleu qu'il avait, il souriait tout le temps et il était heureux avec ses camarades de classes. Il avait plein d'amis, surtout garçon, et il était heureux d'aller à l'école. Peut être parce que là bas il était tranquille et il pouvait étudier tout se qu'il voulait. En fait, Seyriu attendait de pouvoir partir à son tour, la seule chose qu'il désirait plus que tout mais il ne pouvait pas laisser sa mère toute seule, alors comment faire ? Seyriu n'arrivait pas à trouver une solution pour qu'elle soit heureuse.

Seyriu finit même par haïr son père, mais ce fût pire le jour où il lui présenta une fille. C'était une petite fête qu'il avait décidé d'organiser en cachette, il n'y avait que sa femme qui le savait pour qu'elle prépare tout à l'avance, et bien sûr, elle n'avait pas le droit de refuser. Seyriu fût envoyé dans sa chambre dès l'arrivée des invités, mais une dizaine de minutes plus tard, la femme de ménage demanda à Seyriu de descendre, que son père voulait lui dire quelque chose. Seyriu obéit, comme à chaque fois et il rejoignit les invites et ses parents.

Là, son père lui présenta une jeune fille qui avait à peu prêt son âge. Seyriu se demandait bien se que ca pouvait lui faire, puisqu'il s'en fichait des femmes. Son père lui dit que le père de la jeune fille était un homme très important et que s'ils se mariaient tout les deux, ils pourraient avoir plus de chance dans les affaires. Seyriu ne supporta pas, il ne voulait pas épouser une femme vu qu'il savait depuis des années qu'il était attiré par des hommes, même s'il n'avait jamais rien fait avec eux. Il dit à son père qu'il était homosexuel, et que jamais il n'épouserait une femme.

Les invités furent renvoyés chez eux, avec la jeune fille en larmes, pendant que son père frappait Seyriu. Il le gifla violemment, lui entaillant la lèvre, avant de prendre une bouteille qui était sur la table. Il la cassa avant de frapper son fils au visage, mais Seyriu se protégea avec son bras qui prit. Son père lui entailla le bras sur toute la longueur, se qui fît hurler Seyriu de douleur. Il voyait son sang coulé mais il ne bougea pas, ne voulant pas que son père le frappe au visage. Sa mère ne supporta pas de voir son fils comme ca, et elle frappa son mari pour la première fois.

Elle s'en fichait qu'il la frappe, mais elle ne voulait pas qu'il tue son fils. Pendant toute ces années, elle n'avait rien dit mais pour elle, s'en était trop. Elle prit son fils pour le mettre dans sa voiture et elle l'amena à l'hôpital pour qu'il soit soigné. Pendant ce temps, son mari fit ces valises et il partit loin de la maison. À l'hôpital, on annonça à la mère de Seyriu que la blessure était superficielle et que rien n'avait été touché, aucun nerf, ni ligament. Cela était un soulagement pour tout le monde et bien vite Seyriu rentra à la maison avec sa mère, mais il lui restait une affreuse cicatrice sur son bras, pour lui rappeler à jamais ce jour horrible.

Sa mère lui apprit que son père était partit depuis l'accident, mais Seyriu s'en fichait complètement. Il était même heureux qu'il ne soit plus là, au moins ils seraient plus tranquilles. Alors qu'il avait commencé à oublier l'existence de son père, sa mère reçut un coup de téléphone pour leur annoncer que leur père était décédé et qu'il léguait toute sa fortune à Seyriu. Cela le surprit vu qu'il le haïssait, mais il n'allait pas cracher sur cet argent non plus. Il la repartit en part égal pour sa mère, son frère et ses sœurs.


De cette façon, il ne pouvait pas y voir de jaloux, puis comme Seyriu avait dix huit, il voulait partir faire sa propre vie. Il partit pour le Japon, vu que sa mère était japonaise, et qu'il avait toujours voulut connaître ce pays. Il découvrit l'existence d'esclave et il en prit un avec lui pour l'aider. Il en tomba amoureux immédiatement et il lui offrit sa virginité, mais l'homme n'était pas comme Seyriu avait pensé. Il partit un matin, disant à Seyriu qu'il ne s'occupait plus assez de lui, alors que Seyriu faisait tout son possible pour lui, lui offrant tout se qu'il voulait.

Mais cela n'était pas suffisant et Seyriu préféra lui rendre sa liberté, même s'il souffrait. Se fût dur pour Seyriu qui avait perdu son premier amour, mais il surmonta ca, en prenant d'autre esclave. Il les prenait surtout pour leur offrir une nouvelle vie, mais il leur rendit leur liberté, ne sachant pas à eux. Mais cela lui fît bien plus de mal qu'il ne pensait. Comme Seyriu était riche et qu'il en avait marre de rester chez lui à rien faire, Seyriu fit une formation pour devenir journaliste. Cela dura pendant quatre ans, où il apprit tout se qu'il fallait.

Il voulait être le meilleur journaliste, mais il se spécialisa plus dans le cinéma. Il trouva rapidement un travail dans la ville où il vivait, et il parlait des nouveaux films qui sortaient, tout comme des anciens films, pour les faire découvrir aux gens. Mais Seyriu restait la plupart du temps seul chez lui, ne voulant recevoir personne. Seyriu ne peut s'empêcher de se demander s'il devrait retourner dans un refuge pour acheter un nouvel esclave ou pas, mais il n'y arrive pas. Il a trop peur de souffrir une nouvelle fois.

Il aimerait pourtant aimer de nouveau, mais pour lui c'est trop compliqué, et comme il n'a pas envie de s'investir de nouveau avec quelqu'un, il se concentre sur son travail qui lui prend toute la journée. Mais peut être qu'un jour il finira par trouver le courage d'aller dans un refuge pour acheter un esclave, qui peut savoir. Mais Seyriu ne sera pas moins méfiant pour autant, au contraire, il le sera encore plus.

Edit Admin Shuhan:
    Bienvenue à toi sur le forum ^^

    Fiche validée, amuse toi bien avec nous!

    Ton appartement se trouve au N°25 des Résidences Shinn.

. . . . . . . . . .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chez-darkdemonia.blogspot.fr/
 
Seyriu Wanabe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master-soumis V2 :: • Formalités de séjour • :: Fiches d'état civil & Parcours :: Cartes de séjour validées :: Cartes de séjour Maîtres(ses)-
Sauter vers: